Affaire Epstein: Donald Trump souhaite « bonne chance » à Ghislaine Maxwell

SOUTIEN La fille du défunt magnat britannique des médias Robert Maxwell a été arrêtée le 2 juillet et risque jusqu’à 35 ans de prison en cas de condamnation

20 Minutes avec AFP

— 

La procureure Audrey Strauss annonçant les accusations contre Ghislaine Maxwell, à New York le 2 juillet 2020.
La procureure Audrey Strauss annonçant les accusations contre Ghislaine Maxwell, à New York le 2 juillet 2020. — John Minchillo/AP/SIPA

Ce sont des propos assez étonnants tenus par le locataire de la Maison-Blanche. Le président américain Donald Trump a souhaité mardi « bonne chance » à Ghislaine Maxwell. Cette ex-proche de Jeffrey Epstein est pourtant incarcérée et accusée d’avoir aidé le défunt financier à exploiter sexuellement des mineures.

De nombreuses rencontres

Pour en venir à une telle phrase, Donald Trump a répondu à un journaliste qui lui demandait s’il pensait qu’elle pourrait livrer aux enquêteurs des informations compromettantes sur de puissantes personnalités que Jeffrey Epstein fréquentait. Il a ajouté avoir rencontré Ghislaine Maxwell « de nombreuses fois », lorsqu’elle habitait à Palm Beach, en Floride, où le président américain a une résidence.

Trump n’a « pas vraiment suivi » cette affaire

Toutefois, il n’a pas répondu directement à la question de savoir s’il pensait que cette figure de la jet-set pourrait compromettre d’autres personnalités, comme l’ex-président Bill Clinton ou le prince Andrew, le fils de la reine d’Angleterre sur la sellette depuis le début que le scandale Epstein a éclaté l’été dernier. « Je n’ai pas vraiment suivi » cette affaire, a simplement indiqué le président. « Je ne connais pas la situation avec le prince Andrew ».

Après avoir disparu de la circulation pendant plus d’un an c’est-à-dire depuis l’arrestation de Jeffrey Epstein en juillet 2019 et sa mort en prison le mois suivant, Ghislaine Maxwell, 58 ans, a été arrêtée le 2 juillet et risque jusqu’à 35 ans de prison en cas de condamnation. Incarcérée sans possibilité de libération sous caution, la fille du défunt magnat britannique des médias Robert Maxwell a plaidé non coupable lors d’une audience à New York le 14 juillet.