Belgique : Un homme meurt après son interpellation par la police, une enquête est ouverte

DÉCÈS Un homme arrêté dimanche est devenu inconscient quelques minutes après son arrestation, avant de décéder dans la soirée à Anvers

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier à Anvers, en Belgique (illustration).
Un policier à Anvers, en Belgique (illustration). — Virginia Mayo/AP/SIPA

Une enquête a été ouverte sur les circonstances de la mort d’un Algérien de 29 ans, transporté à l’hôpital après son interpellation dimanche en Belgique à Anvers, a-t-on appris ce lundi auprès de la police et du parquet de la ville flamande.

Cet homme, dont l’interpellation a été filmée et circule sur les réseaux sociaux, se comportait de façon agressive dans un café dimanche à la mi-journée, a déclaré un porte-parole de la police d’Anvers, Sven Lommaert.

Arrêté, mis à terre et menotté avant l’arrivée des secours

Selon ce porte-parole, il « essayait de frapper des gens, était très agité ». Quand les policiers sont arrivés sur place, ils ont constaté qu’il était blessé à la tête et semblait « sous l’influence » de produits stupéfiants, a-t-il dit.

Les policiers ont maîtrisé l’homme, le mettant à terre et lui passant des menottes, et appelé les services de secours, qui sont arrivés une douzaine de minutes plus tard, a précisé le porte-parole.

Des photos et un mot-clé relayés sur Twitter

Quand ces services médicaux sont arrivés, l’homme ne réagissait plus, indique la même source. Les ambulanciers l’ont réanimé et transporté dans un état critique à l’hôpital, où malgré une intervention, il est décédé entre 21 h et 22 h, selon cette source. Le parquet a précisé avoir ouvert une enquête sur « les circonstances exactes de l’arrestation et de la mort » de cet homme, qui selon la police résidait à Bruxelles.

Sur les images diffusées sur Twitter, un homme est vu allongé ventre au sol, maintenu par des policiers devant la terrasse d’un café. Elles sont souvent partagées avec le mot-clé « murderinantwerp » (meurtre à Anvers) et « justiceforAkram » (justice pour Akram), dans un contexte de sensibilité accrue de l’opinion publique à la suite de la mort en mai aux Etats-Unis, de George Floyd, un homme noir mort asphyxié par un policier blanc lors de son arrestation.