Allemagne : Trente-neuf arrestations après des violences lors d’une « fête corona » à Francfort

VIOLENCES Des policiers, qui intervenaient pour contenir une rixe lors d’une fête en plein air, ont été visés par des jets de bouteilles

20 Minutes avec agences

— 

Des policiers allemands (photo illustration).
Des policiers allemands (photo illustration). — pixathlon/SIPA

Trente-neuf personnes ont été arrêtées dans le centre de Francfort (Allemagne) pour avoir attaqué des policiers intervenus lors d’une fête en plein air rassemblant des milliers de jeunes dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué la police allemande.

Cinq policiers ont été blessés dans ces violences qui ont éclaté vers 3h. Une « pluie de bouteilles » s’est abattue sur les forces de l’ordre qui tentaient d’intervenir dans une bagarre impliquant une trentaine de personnes rassemblées sur la place de l’Opéra. Celle-ci est devenue un lieu de rassemblement populaire pour ce que les médias appellent des « fêtes corona », les bars et boîtes de nuit étant toujours fermés pour contenir la propagation du coronavirus.

Des jeunes de 17 à 21 ans

Quelque 3.000 personnes, principalement des jeunes, s’étaient rassemblés sur la place samedi soir, mais seuls 500 à 800 d’entre eux étaient toujours présents quand la rixe a éclaté, a précisé le chef de la police de Francfort, Gerhard Bereswill, lors d’une conférence de presse. Un petit groupe de policiers s’est approché pour aider un homme qui saignait et calmer la bagarre, mais la foule s’en est prise aux forces de l’ordre.

« Ce que je trouve particulièrement abominable est que des badauds ont applaudi quand mes collègues ont été touchés par des bouteilles », a-t-il ajouté. Des renforts de police sont ensuite arrivés et ont dégagé la place. Au total, 38 hommes et une femme ont été arrêtés. Ils sont âgés de 17 à 21 ans, « pour la plupart issus de l’immigration », selon le chef de la police. Dimanche, huit d’entre eux étaient encore en état d’arrestation. Ils pourraient être poursuivis pour trouble à l’ordre public.

Le précédent de Stuttgart

Le maire de la ville, Peter Feldmann, a condamné sur Twitter le comportement « inacceptable » des participants aux violences et réclamé une plus forte présence policière dans ce type de rassemblements. Les autorités municipales doivent se réunir ce lundi pour discuter de possibles réponses à ces troubles.

Ces incidents rappellent ceux qui se sont produits à Stuttgart le mois dernier, où des violences nocturnes avaient éclaté à la suite d’un contrôle de police pour une affaire de stupéfiants, qui avait dégénéré. Plusieurs centaines de jeunes gens, certains fortement alcoolisés, avaient semé le chaos pendant plusieurs heures dans le centre-ville.