Allemagne : Le fugitif armé caché dans la Forêt Noire a été retrouvé

TRAQUE Des centaines de membres des forces de l'ordre assistés d’hélicoptères ont été déployés pour localiser celui que la presse allemande a surnommé « le Rambo de la Forêt Noire »

20 Minutes avec AFP

— 

D'importants moyens ont été déployés pour localiser le fugitif.
D'importants moyens ont été déployés pour localiser le fugitif. — Philipp von Ditfurth/AP/SIPA

La chasse à l’homme a duré six jours. La police allemande a annoncé ce vendredi avoir mis la main sur un suspect lourdement armé, accusé de s’être emparé d’armes de service de policiers.

Yves Rausch, 31 ans, surnommé le « Rambo de la Forêt noire » par la presse allemande, a été découvert assis dans les bois grâce à un signalement donné par deux témoins. « Avec quatre armes visibles devant lui », a déclaré Jürgen Rieger, qui a dirigé l’opération de recherches. Le fugitif tenait également une hache sur ses genoux ainsi qu’une autre arme, et il y avait une lettre devant lui.

Il a été légèrement blessé lors de son arrestation, ainsi qu’un membre des forces spéciales qui présente une coupure infligée par la hache.

Yves Rausch s’était enfui dans la forêt dimanche après avoir réussi à désarmer quatre officiers de police, déclenchant dans le sud-ouest de l’Allemagne cette vaste opération des forces de l’ordre munies de caméras thermiques et appuyées par des hélicoptères et des chiens policiers. Plus de 2.500 membres des forces de l’ordre avaient ratissé la zone.

Le procureur d’Oppenau, Herwig Schaefer, avait décrit mardi Yves Rausch comme un « fana des armes » ayant une « grande affinité » avec l’armement.

Plusieurs condamnations

Le suspect a un long passé judiciaire, accusé de délits comme le port illégal d’armes, vols ou attaques ayant causé des blessures. La police avait découvert du matériel pornographique pédophile sur son portable lors d’une enquête en 2019 pour possession d’explosifs.

Il a aussi été condamné à une peine aménagée à l’âge de 15 ans pour incitation à la haine. Il avait modifié les lettres sur une inscription d’une organisation de jeunesse de manière à ce que l’on lise « Juden weg », c’est-à-dire « Juifs dehors ».

Sans domicile fixe depuis l’automne 2019, il s’était installé dans la cabane où il a été repéré dimanche.

Pendant la traque, les jardins d’enfants et la piscine en plein air de la localité avaient été fermés par précaution par la municipalité d’Oppenau, qui avait évoqué une « situation dangereuse ». Les promenades en forêt et activités en plein air avaient été interdites et les survols aériens de la région suspendus.