British Airways : Le retrait du célèbre « Jumbo Jet » marque-t-il la fin des gros avions ?

RETRAITE ANTICIPEE La compagnie aérienne britannique a annoncé le retrait des Boeing 747 « Jumbo Jet » de sa flotte après l’épidémie de coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Le «Jumbo jet» devait fêter son 50e anniversaire (Archives.
Le «Jumbo jet» devait fêter son 50e anniversaire (Archives. — Gary Lee/Gary Lee / UPPA / Photo

British Airways contrainte de procéder à une cure d’austérité drastique. La compagnie aérienne britannique a annoncé, ce vendredi, le retrait des Boeing 747 « Jumbo Jet » de sa flotte après l’épidémie de coronavirus qui a ébranlé le secteur du transport aérien.

« Il est peu probable que notre magnifique "reine des cieux" soit exploitée de nouveau par British Airways compte tenu de la diminution des déplacements », a indiqué, « avec une immense tristesse » la compagnie, dans un communiqué transmis à l’AFP. Le dernier 747 devait être retiré de la flotte « en 2024 », a précisé British Airways.

Révolution du marché du transport aérien

Lancé en 1970 par le constructeur américain Boeing, le « Jumbo Jet » a révolutionné le marché du transport aérien. Il est devenu dans les décennies qui ont suivi un appareil mythique pouvant transporter 400 passagers à son bord. Avec 31 « Jumbos » dans sa flotte, British Airways précise dans son communiqué être la compagnie aérienne qui continuait d’opérer le plus avec cet appareil.

L’ensemble du secteur aérien a été frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19 qui a mis un coup d’arrêt brutal à l’activité en raison des mesures de confinement prises par de nombreux pays pour tenter de freiner la propagation du virus. Sa décision de se passer des « Jumbo Jet » constitue un nouveau signe de la fin de l’ère des très gros porteurs.

Suppression de 12.000 emplois

Pour l’analyste de CMC Markets Michael Hewson, « il faut admettre qu’un certain nombre de 747 de British Airways étaient fatigués » et n’étaient plus « à la hauteur des normes actuelles des A380 plus modernes ». « La décision était donc probablement nécessaire, vu l’âge de sa flotte et les exigences environnementales », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, British Airways, qui appartient au groupe IAG, a annoncé la suppression de 12.000 emplois, soit plus d’un quart de ses effectifs.