Coronavirus : Un million de cas désormais déclarés en Inde

PANDEMIE Le nombre de décès reste relativement faible par rapport aux pays les plus touchés

20 Minutes avec AFP

— 

L'épidémie de coronavirus progresse dans le pays.
L'épidémie de coronavirus progresse dans le pays. — Ajit Solanki

L’Inde a franchi ce vendredi le cap du million de cas déclarés du Covid-19. Troisième nation au monde en nombre de contaminations recensées, après les Etats-Unis et le Brésil, le géant asiatique comptait vendredi 25.602 morts pour 1.003.832 cas confirmés depuis le début de la pandémie, selon des chiffres officiels publiés dans la matinée par le ministère de la Santé. La deuxième nation la plus peuplée de la planète a enregistré près de 35.000 cas et 700 décès supplémentaires attribués au virus au cours des dernières 24 heures, selon le bilan officiel.

Le nombre de décès du Covid-19 en Inde reste relativement faible par rapport aux pays les plus touchés, avec 18 morts par million d’habitants comparé à 417 aux États-Unis, la nation la plus endeuillée par la pandémie, selon des calculs de l’AFP à partir de données officielles.

Danger pour l’Asie du Sud

À l’initiative des gouvernements régionaux, les reconfinements et restrictions sanitaires pour lutter contre la maladie se multiplient ces dernières semaines à travers le pays de 1,3 milliard d’habitants. Les 125 millions d’habitants de l’État pauvre du Bihar (nord) se sont reconfinés jeudi à minuit, une journée après que les 13 millions d’habitants de l’agglomération de Bangalore (sud) ont fait de même.

Le gouvernement du Premier ministre, Narendra Modi, avait imposé un confinement brutal fin mars, qu’il a levé début juin, malgré la montée en flèche du nombre de cas, pour tenter de ranimer une économie à genoux. De nombreuses restrictions restent toutefois en place.

L’Asie du Sud est en chemin pour devenir le prochain épicentre de la pandémie de coronavirus, s’est inquiétée cette semaine la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). « Pendant que l’attention du monde est tournée vers la crise en cours aux États-Unis et en Amérique du Sud, une tragédie humaine similaire émerge rapidement en Asie du Sud », a déclaré dans un communiqué John Fleming, un responsable régional de l’IFRC.