Tunisie : Le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh démissionne

POLITIQUE Il était sur la sellette après des tensions avec le parti Ennahdha, qui compte cinq ministres au gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Elyes Fakhfakha a démissionné mercredi 15 juillet 2020.
Le Premier ministre Elyes Fakhfakha a démissionné mercredi 15 juillet 2020. — AFP

Le chef du gouvernement tunisien Elyes Fakhfakh, choisi en février pour diriger un gouvernement de coalition, a présenté sa démission mercredi. C’est le résultat de tensions avec le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, sur fond de crise économique et de soupçons de corruption.

Tensions politiques

Ces dissensions s’accentuent alors que la Tunisie est largement épargnée par le coronavirus mais se trouve frappée de plein fouet par les retombées économiques et sociales de la fermeture des frontières, suscitant notamment des mobilisations dans le sud du pays.

Ennahdha, qui compte cinq ministres au gouvernement, a relancé de façon pressante cette semaine ses appels à changer de gouvernement, mettant en avant les soupçons de corruption pesant sur le Premier ministre.

En effet, Elyes Fakhfakh, chef d’un petit parti social-démocrate sans élu, est sous le coup d’une enquête parlementaire pour ne pas avoir cédé la gestion de ses parts dans des sociétés d’assainissement qui ont remporté d’importants marchés publics ces derniers mois.

Ennahda en perte de vitesse

Mais pour Ennahdha, il s’agit aussi de reconfigurer une coalition gouvernementale dans laquelle cette formation se sent « marginalisée », explique le politologue Chokri Bahria.

En effet, Ennahdha, qui n’a remporté que 54 sièges sur 217 lors des législatives d’octobre, son plus faible score depuis la révolution de 2011, a échoué cet automne à réunir une majorité autour du chef de gouvernement de son choix.

Cela a laissé le champ libre au président Kais Saied, un farouche indépendant, qui a nommé comme Premier ministre Elyes Fakhfakh, entouré d’une coalition revendiquant les valeurs de la révolution, et peu encline aux compromis partisans.