Côte d’Ivoire : Décès du Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly

DISPARITION Le candidat à la présidentielle souffrait de problèmes cardiaques

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly était arrivé le 2 juillet de France, où il avait été hospitalisé deux mois. Il est décédé mercredi 8 juillet 2020.
Le Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly était arrivé le 2 juillet de France, où il avait été hospitalisé deux mois. Il est décédé mercredi 8 juillet 2020. — AFP

Le Premier ministre ivoirien et candidat du parti au pouvoir à l’élection présidentielle d’octobre, Amadou Gon Coulibaly, est décédé mercredi à Abidjan après le conseil de ministres à l’âge 61 ans, a annoncé le secrétaire général de la présidence Patrick Achi à la télévision publique.

« J’ai la profonde douleur de vous annoncer que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, chef du gouvernement, nous a quittés en ce début d’après-midi après avoir pris part au conseil des ministres », a déclaré Patrick Achi, lisant un communiqué du président Alassane Ouattara. Amadou Gon Coulibaly était revenu jeudi dernier de France après deux mois d’hospitalisation pour des problèmes cardiaques.

« Je rends hommage à mon jeune frère, mon fils Amadou Gon Coulibaly qui a été pendant 30 ans mon plus proche collaborateur. Je salue la mémoire d’un homme d’Etat, de grande loyauté, de dévouement, et d’amour pour la patrie », a déclaré le président dans son communiqué. « Il a incarné cette jeune génération de cadres ivoriens de grande compétence et d’extrême loyauté à la Nation. Avec la disparition d’Amadou Gon Coulibaly, la Côte d’Ivoire perd un modèle pour la jeunesse, un exemple de compétence, d’ardeur au travail et d’abnégation », a conclu le président.

Deux mois en France

Greffé du coeur en 2012, Gon Coulibaly avait été accueilli en grande pompe à Abidjan à son retour de France jeudi dernier. « Je suis de retour pour prendre ma place aux côtés du président (Alassane Ouattara), pour continuer l’oeuvre de développement et de construction de notre pays la Côte d’Ivoire », avait-il dit, très souriant.

Officiellement, le Premier ministre était parti le 2 mai pour un « contrôle » en France malgré la fermeture des frontières en raison de la pandémie de coronavirus. Il avait finalement dû se faire poser un stent, mais assuré être « de retour en forme » alors que son absence prolongée avait mis le feu aux réseaux sociaux.