Royaume-Uni : Des supermarchés retirent des produits à base de noix de coco cueillies par des singes

ETHIQUE Des macaques dressés pour devenir des « machines à cueillir » des fruits, en Thaïlande, montrent des signes évidents de stress extrême, dénoncent des défenseurs des droits des animaux

20 Minutes avec agence

— 

Un macaque dans la "ville des singes" en Thaïlande, le 20 juin 2020.
Un macaque dans la "ville des singes" en Thaïlande, le 20 juin 2020. — Mladen ANTONOV / AFP

Plusieurs chaînes de supermarchés britanniques vont retirer de la vente des produits fabriqués avec des noix de coco qui ont été cueillies par des singes. Ceux-ci ont été exploités pour cette tâche, en Thaïlande. Des eaux et des huiles de coco sont notamment concernées, rapporte la BBC.

Cette décision est intervenue après que l’association People for the Ethical Treatment of Animals (Peta) a révélé les conclusions de son enquête sur le sujet. Les défenseurs des droits des animaux ont découvert huit fermes du pays où des macaques à queue de cochon sont forcés à récolter les fruits.

Ils cueillent 1.000 noix de coco par jour

Les animaux y sont traités comme des « machines à cueillir les noix de coco », dénonce Peta. Au cours de leur dressage, « les animaux […], dont beaucoup ont été illégalement capturés bébés, affichaient un comportement typique indiquant un stress extrême », déplorent les activistes. Après leur passage dans ces « écoles pour singes », les mâles sont capables de ramasser 1.000 noix de coco par jour là où un être humain n’en cueille que 80 environ.

Les géants britanniques de la grande distribution Waitrose, Ocado, Co-op et Boots ont annoncé l’arrêt de la commercialisation de certaines références. « En application de notre politique pour le bien-être animal, nous nous sommes engagés à ne jamais vendre des produits que nous savons issus du travail des singes », ont déclaré les responsables de Waitrose.

L’enseigne Morrisons a, quant à elle, fait savoir qu’elle avait d’ores et déjà retiré les articles incriminés de ses rayons. Tesco a également réagi en affirmant que les huiles et eaux de coco de sa propre marque n’exploitaient pas les singes et que l’entreprise ne vendait aucune des marques mises en cause par Peta. La chaîne fait partie des entreprises qui ont été pointées du doigt, ce vendredi, dans un tweet de Carrie Symonds, défenseuse de l’environnement et compagne de Boris Johnson. Elle y accusait certains magasins de ne pas avoir encore stoppé la commercialisation des produits.