Chine : Un cas de peste bubonique détecté en Mongolie intérieure

MALADIE En Mongolie Intérieure, région autonome chinoise, la détection d’un cas de peste bubonique a déclenché une alerte de niveau 3

F.P.

— 

Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le  Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003.
Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le  Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003. — AFP PHOTO / CDC

Les autorités sanitaires de Bayannur, en Mongolie intérieure, région autonome du nord de la Chine ont annoncé, ce dimanche, avoir détecté un cas de peste bubonique samedi. La personne infectée – un berger – est en quarantaine et son état est stable. Les autorités officielles disent enquêter sur un second cas suspect, selon le China’s Global Times. Il s’agirait d’un adolescent de quinze ans, qui a pu être en contact avec une marmotte chassée par un chien.

La chasse aux marmottes interdite

Les autorités de Bayannur ont en parallèle déclenché une alerte de niveau 3 sur une échelle allant jusqu’à 4. La chasse et la consommation de marmottes, un animal qui peut être porteur de la peste bubonique, sont désormais interdites. Les autorités demandent également à ce que tous les cas suspects soient rapportés.

Causée par une infection bactérienne, la peste bubonique peut être mortelle et a été par le passé une des maladies les plus craintes au monde. Elle se soigne aujourd’hui très facilement, avec des antibiotiques. Si les cas de peste bubonique restent relativement rares, il y a encore quelques poussées de maladie de temps en temps, précise la BBC. Comme au Madagascar, où 300 cas ont été détectés lors d’une vague de contaminations en 2017. En Mongolie, deux personnes sont mortes de la peste en mai dernier, là encore après avoir consommé de la viande de marmotte.

Peu de risque que ce soit le début d’une épidémie

Il est peu probable toutefois, d’après les scientifiques, que cette découverte d’un nouveau cas à Bayannur, samedi, marque le début d’une épidémie. « Contrairement au 14e siècle [lorsque la peste bubonique avait tué près de 50 millions de personnes à travers l’Afrique, l’Asie et l’Europe], nous avons maintenant une bonne compréhension de la transmission de la maladie et nous savons la prévenir », explique au site Heatline le docteur Shanti Kappagoda.