Greenpeace paye 90.000 euros après le blocage d’une plateforme pétrolière

ÉCOLOGIE L’ONG avait perturbé la plateforme pendant plusieurs jours en juin 2019, contraignant BP à changer son itinéraire

20 Minutes avec agences

— 

Logo du géant pétrolier BP
Logo du géant pétrolier BP — Andy Buchanan AFP

Greenpeace a annoncé ce vendredi avoir été condamnée à une amende de 80.000 livres (un peu moins de 90.000 euros) en justice pour avoir bloqué en 2019 une plateforme pétrolière de BP en mer du Nord, gérée par Transocean, qui est à l’origine de la plainte contre l’ONG. Le mouvement écologiste avait perturbé cette plateforme pendant plusieurs jours en juin 2019, contraignant BP à changer son itinéraire pour rejoindre le champ de Vorlich.

Des activistes étaient notamment montés sur la plateforme. Selon un communiqué de l’organisation, un tribunal d’Édimbourg en Ecosse a considéré que celle-ci n’avait pas respecté l’interdiction qui lui était faite de bloquer la plateforme. Elle se voit donc infliger cette amende et elle devra rembourser en plus les frais de justice de Transocean.

Son directeur échappe à de la prison

Le directeur général de Greenpeace pour le Royaume-Uni John Sauven échappe à de la prison contrairement à ce qui était recherché par l’opérateur de la plateforme. « Nous sommes déçus que Transocean, l’opérateur de la plateforme de BP, ait cherché à nous punir pour avoir essayé de protéger la planète, a déclaré celui-ci. Notre campagne ne s’achève pas là et nous continuerons de nous battre pour empêcher l’industrie pétrolière de ruiner le climat. »

Les procédures en justice entre l’ONG et BP ne s’arrêtent pas là. Greenpeace avait gagné une manche devant la justice en avril et obtenu du gouvernement britannique la publication d’un permis de forage accordé à BP en mer du Nord. Cette publication va permettre à l’ONG de demander son annulation sur des critères environnementaux.

L’objectif de BP est de forer 30 millions de barils de pétrole à Vorlich, un site en mer situé à environ 240 km à l’est de la ville d’Aberdeen sur la côte écossaise. La production pourrait aller jusqu’à 20.000 barils de brut par jour et le coût du projet atteint 200 millions de livres.