Italie : L'« Ocean Viking » reçoit l’autorisation de débarquer 180 migrants à Porto Empedocle

BON PORT 25 d'entre eux sont des mineurs

20 Minutes avec AFP

— 

L'Ocean Viking dans le port de Messine, en Italie, en septembre 2019. (archives)
L'Ocean Viking dans le port de Messine, en Italie, en septembre 2019. (archives) — FRANCESCO ALGERI/IPA/IPA/SIPA

Le navire humanitaire Ocean Viking a reçu dimanche l’autorisation de l'Italie pour débarquer les 180 migrants et migrantes qu’il a secourus en Méditerranée à Porto Empedocle, en Sicile, a annoncé l'ONG SOS Méditerranée. « Nous avons reçu l’instruction des autorités maritimes italiennes de débarquer les rescapés à bord à Porto Empedocle. Le navire (Ocean Viking) fait route en ce moment vers ce port que nous pensons rallier d’ici demain (lundi) matin », a expliqué l’ONG.

Les 180 migrants et migrantes, parmi lesquels des Pakistanais et Pakistanaises, des Nord-Africains et Nord-Africaines, des Erythréens et Erythréennes et des Nigérians et Nigérianes, ont été secourues par le navire de SOS Méditerranée lors de quatre opérations distinctes, les 25 et 30 juin. 25 d’entre eux et elles sont mineures. Après plusieurs requêtes auprès des autorités italiennes et maltaises, l’Ocean Viking n’avait jusqu’ici reçu que des réponses négatives des deux pays et la tension était brusquement montée à bord, à tel point que le navire s’était déclaré vendredi en « état d’urgence », une première.

Les opérations de sauvetages interrompues par la crise sanitaire

Une petite partie des migrants et migrantes menaçait l’équipage, certains se sont jetés à l’eau, d’autres ont fait des tentatives de suicide. La venue dimanche à bord d’un médecin italien leur promettant un débarquement imminent a permis le retour au calme. Les migrants ont été testés au Covid-19 et devraient être placés en quarantaine. Ils pourraient être transférés à bord d’un navire de quarantaine en attendant de regagner la terre ferme.

Tandis que de nombreux migrants et migrantes continuent de fuir la Libye, les bateaux humanitaires ont récemment repris leurs activités de sauvetage, en grande partie interrompues par la crise du coronavirus.