Coronavirus : Pour soutenir le tourisme, le « bonus vacances » finance les séjours des Italiens dans leur pays

POST-CONFINEMENT Cette mesure permet de relocaliser le tourisme, tout en aidant les familles les plus modestes

20 Minutes avec AFP

— 

Des Italiens sur une plage privée de Fregene, en Italie.
Des Italiens sur une plage privée de Fregene, en Italie. — Tiziana FABI / AFP

Une enveloppe pouvant aller jusqu’à 500 euros pour que les Italiens passent leurs vacances dans leur pays. Pour soutenir le secteur du tourisme durement frappé par le confinement et l’épidémie de coronavirus, le gouvernement italien a mis en place un « bonus vacances ».

La mesure est financée par l’Etat, qui a débloqué 2,4 milliards d’euros. Cette allocation est soumise à condition et s’adresse aux foyers dont les revenus annuels n’excèdent pas 40.000 euros. Le bonus est décliné en trois montants : 150 euros pour une personne seule, 300 pour un foyer de deux personnes et 500 euros pour une famille composée de trois personnes ou plus, a expliqué la semaine passée un courrier la direction de l’Agenzia delle Entrate (les services fiscaux italiens).

Une déduction d’impôts à la clé

L’allocation peut être utilisée dans une structure hôtelière (hôtels, chambre d’hôte, B & B…) en Italie entre le 1er juillet et le 31 décembre 2020. Elle est accessible via une application lancée par le ministère de la Culture générant un QR Code et sur laquelle le bénéficiaire doit s’enregistrer. Elle consiste en un rabais de 80 % sur le montant dû à la structure d’accueil, les 20 % restants prenant la forme d’une déduction d’impôts à appliquer sur la déclaration de revenus.

Annoncée en mai par le gouvernement dans l’un des décrets d’urgence pris pendant la crise sanitaire du Covid-19, le bonus vise à soutenir le tourisme, secteur clé de l’économie italienne (13 % du PIB) mis à genoux par la pandémie.

Les professionnels du secteur s’attendent cet été à une chute vertigineuse de l’activité et à ses plus mauvais chiffres depuis 1998, avec 56 millions de nuitées en moins et une baisse de 3,2 milliards d’euros du chiffre d’affaires. L’Italie a rouvert dès le 3 juin ses frontières aux touristes étrangers en provenance de l’Union européenne et/ou de l’espace Schengen.