Il était sorti durant le confinement pour aller à la plage, un ministre néo-zélandais démissionne

AU PAYS DES KIWIS Il faisait depuis l’objet de nombreuses critiques du grand public

20 Minutes avec AFP

— 

Une plage sous le mont Maunganui à Tauranga, en Nouvelle-Zélande (Illustration).
Une plage sous le mont Maunganui à Tauranga, en Nouvelle-Zélande (Illustration). — Smith Collection/Gado/Sipa USA/SIPA

Il y a des choses qui ne passent pas en période de pandémie. Surtout quand on est un membre du gouvernement, censé donner l’exemple. La petite sortie familiale à la plage d’un ministre néo-zélandais durant le confinement a fini par tourner court.

Jeudi, David Clark, responsable de la Santé au sein du gouvernement de Jacinda Ardern, a fini par démissionner. Particulièrement impopulaire, il avait été vivement critiqué après avoir reconnu en avril avoir enfreint les règles du confinement pour aller à la plage, une escapade « idiote » qu’il avait regrettée.

Au vu du contexte particulier de la crise du coronavirus, la Première ministre l’avait confirmé dans son poste afin de ne pas déstabiliser le secteur de la santé. Mais à deux mois des législatives, la dirigeante travailliste a changé d’avis.

« Il est essentiel que les responsables de la santé aient la confiance des Néo-Zélandais. Comme David me l’a dit, les besoins de l’équipe passent avant ceux de l’individu », a expliqué Jacinda Ardern.

Vagues de critiques

Depuis plusieurs semaines, c’est le directeur général de la Santé, Ashley Bloomfield, qui apparaissait lors du point presse quotidien sur le coronavirus. Et c’est ce dernier qui a eu les louanges du grand public pour la gestion de la crise.

Un grand public qui a peu apprécié les critiques formulées par David Clark à l’encontre d’Ashley Bloomfield sur une série d’erreurs dans le respect des mesures de quarantaine à l’entrée dans le pays. Le ministre démissionnaire devrait être remplacé par Chris Hipkins, aujourd’hui à l’Education.