Des Etats-Unis à l’Europe, des statues considérées comme des symboles du colonialisme vandalisées

MEMOIRE De Christophe Colomb à Winston Churchill, en passsant par le roi des Belges Léopold II et Jean-Baptiste Colbert...

Olivier Juszczak

— 

Des statues considérées comme des symboles du colonialisme vandalisées — 20 Minutes

Les protestations antiracistes relancées à travers le monde après la mort de George Floyd lors de son arrestation par un policier américain ont pris la forme depuis fin mai de déboulonnages et de dégradations de statues de personnages historiques, plus ou moins connus, liés à l’esclavage ou à la colonisation. Au Etats-Unis, longtemps présenté comme le « découvreur de l’Amérique », Christophe Colomb est désormais aussi accusé de s’être livré à des pillages et à des massacres des populations indigènes. Ce mouvement de protestation s’est propagé en Europe. En Belgique, plusieurs statues du roi des Belges Léopold II (1865-1909) ont été vandalisées et recouvertes de peinture rouge symbolisant le sang versé par les Congolais, colonisés par les Belges.

Le 23 juin 2020, la statue du ministre de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), ciblé pour son rôle dans la pratique de l’esclavage, a été recouverte de peinture rouge au torse et aux jambes devant l’Assemblée nationale, à Paris. Des figures incontournables de la Second Guerre mondiale comme Winston Churchill (1874-1965), en Angleterre, ou le général Charles de Gaulle (1890-1970), en France, ont aussi été taguées…