Malawi: Le chef de l’opposition Lazarus Chakwera en tête de la présidentielle

SCRUTIN Selon la radiotélévision publique (MBC), l’opposant aurait réuni au premier tour 60 % des suffrages, un chiffre contesté par le parti du chef de l’Etat sortant

20 Minutes avec AFP

— 

Un bureau de vote en plein air pour la présidentielle à Blantyre au Malawi le 23 juin 2020.
Un bureau de vote en plein air pour la présidentielle à Blantyre au Malawi le 23 juin 2020. — Thoko Chikondi/AP/SIPA

L’annulation pour fraudes de l’élection de 2019 aura pesé dans les résultats du premier tour de la présidentielle au Malawi. Le chef de l’opposition Lazarus Chakwera s’achemine vers une victoire dans le scrutin rejoué le 23 juin. Mais les chiffres sont déjà rejetés par le camp du chef de l’Etat sortant.

La Commission électorale prudente afin de ne pas revivre le fiasco de 2019

Le comptage de la radiotélévision publique (MBC) portant sur l’ensemble des 5.002 centres de vote attribue jeudi à Lazarus Chakwera 60 % des suffrages, contre 38 % seulement à son adversaire Peter Mutharika. L’Institut pour l’opinion publique et la recherche (Ipor), un centre de réflexion basé au Malawi, donne lui aussi gagnant le chef de l’opposition, avec 60,3 % des voix, contre 38,9 % au président sortant.

Mais la Commission électorale (MEC) n’avait jeudi soir validé les résultats que de 338 des 5.002 centres de vote. Son nouveau président, Chifudo Kachale, a expliqué que la MEC vérifiait les procès-verbaux de chaque bureau de vote. « Nous devrions conclure la tâche qui nous incombe dans les 36 à 48 heures », a-t-il déclaré, assurant que la commission, au cœur de la controverse lors du scrutin l’an dernier, faisait son travail « aussi minutieusement que possible ».

Profitant de cette attente, le camp du président sortant a rejeté jeudi les premiers résultats non officiels. « Si le Dr Chakwera avait gagné les élections de manière équitable, je l’aurais félicité. Mais malheureusement ce n’est pas le cas », a réagi Atupele Muluzi, candidat à la vice-présidence sur le ticket de Peter Mutharika.

Des pays voisins félicitent Chakwera

Mais à part eux, personne ne semble croire à un deuxième tour. Plusieurs opposants des pays voisins du Malawi, comme Mmusi Maimane en Afrique du Sud et Nelson Chamisa au Zimbabwe, ont déjà félicité, sur les réseaux sociaux, Lazarus Chakwera pour sa victoire. Des ONG locales qui avaient dépêché des observateurs dans tout le pays ont par ailleurs estimé jeudi que « le processus électoral s’était bien passé jusqu’à présent ». Elles ont salué le travail de la MEC pour sa « transparence dans le décompte des voix, la compilation et l’affichage des résultats dans les endroits appropriés pour que le public les voit ».

Les Malawites ont voté mardi pour la deuxième fois en un an pour élire leur président. Lors du scrutin disputé en mai 2019, la MEC avait proclamé la victoire de Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avec 38,57 % des suffrages contre 35,41 % à Lazarus Chakwera. Mais saisie par l’opposition, la Cour constitutionnelle avait invalidé les résultats pour cause « d’irrégularités généralisées et systématiques » et ordonné la tenue d’un nouveau scrutin.