Quand Gordon Brown sauve le monde

GRANDE-BRETAGNE Un lapsus du Premier ministre britannique déclenche l'hilarité de la Chambre des communes...

MD avec agence

— 

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a créé la surprise vendredi en appelant au gouvernement le très controversé Peter Mandelson, jusque-là commissaire européen au Commerce, dans le cadre d'un remaniement ministériel en pleine crise financière.
Le Premier ministre britannique Gordon Brown a créé la surprise vendredi en appelant au gouvernement le très controversé Peter Mandelson, jusque-là commissaire européen au Commerce, dans le cadre d'un remaniement ministériel en pleine crise financière. — Leon Neal AFP

Modeste! Le Premier ministre britannique Gordon Brown a déclenché, mercredi, l'hilarité à la Chambre des communes en déclarant que son gouvernement avait «sauvé le monde» avec son plan de sauvetage des banques. Un lapsus bruyamment salué par les députés de l'opposition.



Interrogé sur le plan de recapitalisation des banques mis en place au Royaume-Uni, le Premier ministre a répondu qu'il s'agissait «de sauver les banques qui, autrement, se seraient effondrées. Et non seulement nous avons sauvé le monde...» Il a tenté de se rattraper en ajoutant, quelques instants plus tard, avoir «sauvé les banques». Mais le mal était déjà fait: les éclats de rire avaient envahi les bancs de l'opposition.

Quand Gordon Brown devient «Flash Gordon»

Le «speaker» des communes, qui préside les débats à la chambre basse du Parlement, a mis de longues secondes pour parvenir à rétablir un calme qui est resté fragile tout au long de la séance hebdomadaire de questions au Premier ministre.

En prenant la parole, le chef des conservateurs David Cameron a relevé: «Eh bien, c'est officiel désormais, il est tellement occupé à parler de sauver le monde, qu'il a oublié les entreprises du pays qu'il gouverne». Gordon Brown, salué dans le monde entier pour son audacieux plan de sauvetage des banques britanniques, avait affirmé mi-octobre être «seulement Gordon», et pas «Flash Gordon», le héros de bande dessinée qui sauve le monde. Un rêve inavoué?