Sahel : Aqmi confirme la mort de son chef Abdelmalek Droukdal

DJIHADISME Le groupe terroriste a reconnu dans une vidéo le succès de l’opération, début juin, de l’armée française

20 Minutes avec AFP

— 

Abdelmalek Droukdal en 2010.
Abdelmalek Droukdal en 2010. — SIPA

C’est désormais bel et bien confirmé. Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a reconnu la mort de son chef, l’Algérien Abdelmalek Droukdal, d’après des informations jeudi du groupe américain Site spécialisé dans la surveillance des organisations djihadistes. Aqmi reconnaît sa mort dans une vidéo faisant son éloge funèbre et promettant de poursuivre le combat contre les forces françaises et autres en Afrique du Nord et au Sahel.

Une opération avec le soutien américain

La France a annoncé début juin que ses forces spéciales avaient tué Droukdal (ou Droukdel, selon l’orthographe) dans le nord du Mali frontalier de l’Algérie. Les Etats-Unis ont assuré avoir fourni des renseignements et un soutien. Figure centrale du jihad sahélo-saharien depuis plusieurs décennies, l’un de ses principaux faits d’armes avait été d’unir sous la même bannière du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) les principaux groupes djihadistes de la région en 2017.