Le Royaume-Uni va décorer les quatre derniers compagnons de la Libération

DISTINCTION Edgard Tüpet-Thomé, Daniel Cordier, Hubert Germain et Pierre Simonet vont être faits membre de l’Empire britannique honoraires

20 Minutes avec agences

— 

Hubert Germain, compagnon de la Libération, le 18 juin 2018 à Suresnes.
Hubert Germain, compagnon de la Libération, le 18 juin 2018 à Suresnes. — Charles Platiau/AP/SIPA

Ce sont des « héros » de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Royaume-Uni va décorer les quatre derniers compagnons de la Libération encore en vie, a annoncé mercredi soir le Premier ministre britannique Boris Johnson. Edgard Tüpet-Thomé (100 ans), Daniel Cordier (99 ans), Hubert Germain (99 ans) et Pierre Simonet (98 ans) vont être faits membre de l’Empire britannique (MBE) honoraires, titre qui vient récompenser les ressortissants étrangers.

Cette annonce intervient alors qu’Emmanuel Macron doit célébrer ce jeudi à Londres le 80e anniversaire de l'appel du 18 juin du général de Gaulle. Le président français doit notamment rencontrer le prince Charles, puis être reçu à Downing Street.

Honorer « leur sacrifice pour nous défendre »

« Il y a 80 ans, Charles de Gaulle, le chef de la Résistance française, était arrivé à Londres en sachant que les valeurs de liberté, tolérance et démocratie que la Grande-Bretagne et la France partageaient étaient menacées », a déclaré Boris Johnson dans un communiqué. « Les quatre hommes que nous honorons aujourd’hui – Pierre, Edgard, Daniel et Hubert – symbolisent la force et la profondeur durables de l’amitié entre nos deux pays », a-t-il poursuivi, soulignant « leur courage » et « leur sacrifice pour nous défendre, nous et le monde entier, contre le fascisme ».

« Les combats auxquels nous faisons face aujourd’hui sont différents de ceux auxquels nous avons été confrontés ensemble il y a 80 ans. Mais je n’ai aucun doute que – en travaillant côte à côte – le Royaume-Uni et la France continueront à relever tous les nouveaux défis et à saisir toutes les opportunités qui se présenteront », a encore ajouté Boris Johnson.