Article 19: «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression»

DROITS DE L'HOMME Le point avec Ibrahim Eissa, rédacteur en chef de l'un des principaux journaux d'opposition en Egypte...

Au Caire, Laurent Roche - ©2008 20 minutes

— 

«Il n'y a pas de liberté de la presse en Egypte, il n'y a que le courage des journalistes.» Ibrahim Eissa sait de quoi il parle. A 42 ans, le rédacteur en chef du quotidien satirique Al-Dostour (La Constitution) est un habitué des prétoires. En septembre, il a écopé de deux mois de prison ferme, pour avoir fait état de rumeurs sur la santé du raïs Hosni Moubarak. Gracié quelques jours plus tard, il risque aujourd'hui un an de prison pour des articles sur des responsables du parti au pouvoir. Au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, l'Egypte pointe à la 146e place, sur 173.