L'Onu à la peine pour faire respecter ses droits de l'homme

HISTOIRE Le bulletin de santé de la déclaration universelle des droits de l'homme qui fête ses soixante ans 60 ans...

Armelle Le Goff

— 

La justice iranienne a procédé à une nouvelle exécution d'un jeune ayant commis un meurtre alors qu'il était mineur, en contravention avec deux conventions internationales auxquelles adhère Téhéran et malgré les appels internationaux pour éviter de telles mises à mort.
La justice iranienne a procédé à une nouvelle exécution d'un jeune ayant commis un meurtre alors qu'il était mineur, en contravention avec deux conventions internationales auxquelles adhère Téhéran et malgré les appels internationaux pour éviter de telles mises à mort. — Ronaldo Schemidt AFP/Archives

Les droits de l'homme ou la grande affaire du siècle. Le 10 décembre 1948, à Paris - au coeur d'un continent européen dévasté par la guerre et le génocide des Juifs -, le monde, sous l'égide des Nations unies, tentait de panser ses plaies en déclarant universels trente articles destinés à protéger l'homme. A l'époque tout jeune diplomate, Stéphane Hessel se souvient de longs débats autour de chaque phrase, notamment avec les pays communistes de l'époque, plus soucieux de droits économiques que de droits civils. Aujourd'hui, il continue d'admirer un texte « dont on peut dire en toute conscience qu'il est parfaitement pertinent ». En toute bonne conscience ?

Vers un recul des grands principes


Car, même si ce texte a ensuite accouché, en 1998, de la Cour pénale internationale (CPI), il n'a pas permis d'empêcher de multiples atteintes aux droits de l'homme ces dernières décénnies : génocide par le régime khmer rouge au Cambodge, des Tutsis au Rwanda, conflit israélo-palestinien, etc. Elu président en 2007, Nicolas Sarkozy a beau se revendiquer d'une diplomatie des droits de l'homme, rien ne gouverne moins les relations internationales que le respect des libertés individuelles. Aujourd'hui, la montée en puissance des nationalismes, du souci de sécurité lié au terrorisme ou encore du fait religieux constituent autant de défis aux droits de l'homme. Les grands principes sont bons, mais, depuis soixante ans, toujours aussi difficiles à appliquer.

Pour lire les témiognages de militants à travers le monde, cliquez ci-dessous

>> Article 5: «Nul ne sera soumis à la torture» (en Chine)

>> Article 19: «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression» (en Egypte)

>> Article 25: «Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé» (en Afrique du Sud)

>> Article 3: «Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne» (au Mexique)