Attentats de Bombay: seize arrestations au Pakistan

INDE Il s'agit d'un commandant de Lashkar-e-Taïba, groupement islamiste suspect numero un de New-Delhi, et de quinze membres d'une organisation caritative...

J.M. avec agence

— 

Les attentats qui pulvérisent depuis des années des marchés populaires en Inde sont en général oubliés dès le lendemain. Mais les attaques de Bombay, ville-symbole du "miracle" économique indien, ont cette fois réveillé les consciences des classes moyennes et aisées.
Les attentats qui pulvérisent depuis des années des marchés populaires en Inde sont en général oubliés dès le lendemain. Mais les attaques de Bombay, ville-symbole du "miracle" économique indien, ont cette fois réveillé les consciences des classes moyennes et aisées. — Pedro Ugarte AFPArchives

Un important commandant du Lashkar-e-Taïba, le groupe islamiste pakistanais que l'Inde accuse d'avoir perpétré les attaques de Bombay, a été arrêté ce lundi au Pakistan. Une interpellation qui porte à seize le nombre de personnes appréhendées depuis dimanche.

«Zaki-ur-Rehman Lakhvi, un commandant des opérations armées du Lashkar-e-Taïba, est sous les verrous», a confirmé un haut responsable des forces de sécurité pakistanaises. Un peu plus tôt, on apprenait que quinze membres d'une organisation caritative proche de Lashkar-e-Taïba avaient été arrêtés dimanche au Pakistan.

L'aile politique du Lashkar

Les services pakistanais de renseignements ont dans un premier temps fait état de trois arrestations, intervenues à la suite d'«une brève opération visant la fondation Jamaat-ud-Dawa». Une fondation qui oeuvre véritablement sur le terrain pour les déshérités au Cachemire, notamment depuis le séisme dévastateur de 2005, mais qui est considérée comme l'aile politique du Lashkar et est dirigée par son fondateur, Hafiz Saeed.

Celui-ci a condamné ce raid et les arrestations de la veille. «L'opération contre des organisations jihadistes au Cachemire pakistanais est injustifiée et nous la condamnons fermement», a-t-il déclaré, jugeant que «le gouvernement du Pakistan avait fait montre de faiblesse en visant des groupes cachemiris».

Le Pakistan promet de juger les coupables

New Delhi affirme que tous les islamistes qui ont lancé les attaques sur Bombay ont été entraînés et guidés vers leurs cibles par le Lashkar-e-Taïba, et réclame au Pakistan l'extradition d'une vingtaine de personnes qu'elle pense impliquées dans ces actions, dont Hafiz Sayeed.

Le gouvernement pakistanais promet depuis la fin des attaques que si l'Inde démontre que les assaillants sont venus du Pakistan, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour arrêter et juger les organisateurs des attaques de Bombay. Neuf des dix membres du commando ont été tués à Bombay, le dernier a été capturé.