Belgique : La statue du roi Léopold II, figure contestée du colonialisme, retirée d’un square à Anvers

RACISME Un mouvement demande en Belgique le retrait des statues du roi Léopold II, très décrié pour son colonialisme notamment au Congo

B.C. avec AFP

— 

A Anvers, la statue du roi Léopold II, controversé sur la question coloniale, a été retirée d'un square.
A Anvers, la statue du roi Léopold II, controversé sur la question coloniale, a été retirée d'un square. — REX/SIPA

Tout un symbole. Elle a été retirée de son socle, histoire de ne pas finir déboulonnée comme à Bristol. Une statue de  l'ex-roi des Belges Léopold II, figure controversée du passé colonial du pays, a été retirée mardi d’un square de la commune d’Anvers pour être entreposée dans les réserves d’un musée.

Au cours du week-end, plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées à travers le pays pour dire non au racisme, participant ainsi aux hommages rendus dans le monde entier à George Floyd. Et au cours de ces rassemblements, plusieurs sculptures de Léopold II ont été endommagées.

Celle-ci, située à côté d’une église à Ekeren, n’avait pas échappé aux actes de vandalisme.

Un mouvement national

Elle aurait dû être déplacée d’ici deux ans dans le cadre de travaux du square, son retrait a du coup été anticipé. Et elle ne devrait pas réapparaître, « à cause de cette rénovation du square où elle était placée, la statue ne sera plus remise sur place et continuera probablement de faire partie de la collection du musée », a souligné Johan Vermant, un porte-parole du bourgmestre.

En Belgique, un groupe baptisé « Réparons l’Histoire » exige le retrait des rues de Bruxelles de toutes les statues de Léopold II, accusant l’ancien souverain d’avoir « exterminé » des millions de Congolais. Ce descendant de la dynastie allemande des Saxe-Cobourg, roi de 1865 à 1909, est resté dans les mémoires pour avoir colonisé le Congo, longtemps sa propriété privée où l’exploitation du caoutchouc avait lieu par le travail forcé.