Affaire Epstein : Le procureur de Manhattan se paie le prince Andrew, qui affirme avoir tenté de coopérer

JUSTICE La justice américaine a adressé une demande officielle pour entendre le fils de la reine sur ses liens avec Jeffrey Epstein

P.B. avec AFP

— 

Le prince Andrew le 3 novembre 2019 à  Bangkok.
Le prince Andrew le 3 novembre 2019 à Bangkok. — Lillian SUWANRUMPHA / AFP

C’est un recadrage aussi rare que brutal. Sommé par la justice américaine de s’expliquer sur ses liens avec Jeffrey Epstein, le prince Andrew a juré lundi qu’il avait tenté de témoigner « à trois reprises ». Dans la foulée, le procureur de Manhattan a immédiatement mis les choses au clair : « Encore une fois, le prince Andrew tente de se dépeindre publiquement comme une personne désireuse de coopérer à l’enquête sur le trafic sexuel et les autres crimes commis par Jeffrey Epstein et ses associés. Pourtant, le prince n’a pas témoigné auprès des autorités fédérales, a décliné à plusieurs reprises nos demandes pour organiser son audition, et il y a quatre mois, nous a informés sans équivoque qu’il ne s’y rendrait pas. »

Pas d’extradition prévue

Selon la BBC, la justice américaine a adressé une demande officielle aux autorités britanniques pour entendre le prince Andrew. « Le duc d’York a proposé au moins trois fois son assistance en tant que témoin au département de la Justice » (DoJ), ont indiqué ses avocats. « Malheureusement, le DoJ a réagi à nos deux premières propositions en violant leurs propres règles de confidentialité » en affirmant qu’il n’avait pas coopéré, ont-ils déploré, accusant le département de « vouloir peut-être rechercher la publicité plutôt que d’accepter l’assistance proposée ».

Le ministre américain de la Justice, Bill Barr, a confirmé sur Fox News que la justice américaine souhaitait entendre le fils cadet de la reine Elisabeth II. Il a toutefois répondu « non » sur une éventuelle demande d’extradition, précisant : « Je crois qu’il est juste question qu’il fournisse des informations. »

Une descente aux enfers précipitée par son interview à la BBC

L’une des victimes d’Epstein, Virginia Roberts (Giuffre), affirme avoir été en lien avec le prince Andrew, avec qui elle aurait eu, selon ses accusations, trois relations sexuelles – dont une quand elle avait 17 ans –, ce qu’Andrew a toujours démenti.

Le prince Andrew conteste l'authenticité de cette photo qui le montre aux côtés de Virginia Roberts.
Le prince Andrew conteste l'authenticité de cette photo qui le montre aux côtés de Virginia Roberts. - REX/SIPA

Dans une interview à la BBC qui a tourné au fiasco, fin 2019, il est même allé plus loin, affirmant qu’il ne se « souvenait pas » avoir rencontré la jeune femme. Problème, elle a fourni aux enquêteurs une photo sur laquelle le prince Andrew lui passe le bras autour de la taille, Ghislaine Maxwell – qui a présenté Andrew à Epstein – en retrait. Celui qui est en 8e position dans la ligne de succession au trône britannique a remis en cause l’authenticité du document, sans toutefois apporter la moindre preuve. Lâché par différentes entreprises et associations avec qui il collaborait, « Andy » a fini par annoncer en novembre 2019 son retrait de la vie publique et se fait désormais discret.