La statue d’un marchand d’esclaves déboulonnée ce dimanche finira certainement au musée

BLACK LIVES MATTER Le maire de Bristol a expliqué que cette statue, qui gît depuis dimanche au fond d’une rivière, avait toujours été un affront pour lui

B.C. avec AFP

— 

Mort de George Floyd: Mobilisation mondiale contre les violences policières et le racisme — 20 Minutes

Aujourd’hui, elle gît au fond de l’Avon, une rivière qui serpente au milieu de Bristol. Il y a 48 heures, la statue en bronze d'Edward Colston, un marchand d’esclaves de la fin du XVIIe siècle, se dressait encore dans une des rues de la cité britannique.

Dimanche, des manifestants descendus dans la rue pour protester à la suite de la mort de George Floyd aux Etats-Unis ont décidé de déboulonner cette sculpture érigée en 1895. Après ce déboulonnage en règle, elle a été piétinée puis jetée dans le port fluvial.

Ce qui a indigné le gouvernement britannique. Mais pas le maire, Marvin Rees, au contraire. Ce dernier a réagi ce lundi sur les ondes de la radio BBC. « En tant qu’élu, je ne peux évidemment pas tolérer les dégradations et je suis très préoccupé par les implications d’un rassemblement de masse sur la possibilité d’une deuxième vague [de contaminations]. Mais je suis d’origine jamaïcaine et je ne peux pas dire que j’ai un véritable sentiment de perte pour la statue », a-t-il concédé expliquant qu’il la voyait comme un « affront personnel ».

Moment historique

Ce déboulonnage est un moment « historique » selon le maire qui pense que cette statue finira au musée M Shed de cette ville au passé esclavagiste. Tout comme les panneaux brandis au cours de ces manifestations antiracistes.

L’association de protection du patrimoine Historic England, a dit reconnaître que « la statue était un symbole d’injustice » et a expliqué que si elle condamnait le déboulonnage, elle n’était pas pour une réinstallation.

Une autre statue a été prise pour cible dimanche, devant le Parlement à Londres, celle de l’ancien Premier ministre conservateur Winston Churchill et héros de la Seconde Guerre mondiale : l’inscription « était un raciste » a été apposée sous son nom sur le socle.