Bruxelles : Incidents après une manifestation contre le racisme, une centaine de personnes arrêtées

VIOLENCES Le maire avait décidé de tolérer un rassemblement du mouvement « Black Lives Matter » contre l’avis de la Première ministre

20 Minutes avec agences

— 

Des incidents ont éclaté en marge d'un rassemblement contre le racisme à Bruxelles, dimanche 7 juin 2020.
Des incidents ont éclaté en marge d'un rassemblement contre le racisme à Bruxelles, dimanche 7 juin 2020. — Olivier Matthys/AP/SIPA

La police belge a arrêté 150 personnes impliquées dans des actes de vandalisme, ce dimanche soir à Bruxelles, à la fin d’un rassemblement contre le racisme et les violences policières auquel ont participé près de 10.000 personnes.

« Après le rassemblement, des fauteurs de troubles et des délinquants ont délibérément provoqué les forces de l’ordre et dégradé le mobilier urbain. Ils s’en sont ensuite pris à des magasins pour les dévaliser comme de vulgaires voleurs », a déploré le maire Philippe Close, qui souhaite « que la justice puisse les condamner sévèrement ».

Des pompes à eau utilisées 

L’élu avait décidé de tolérer un rassemblement du mouvement « Black Lives Matter » contre l’avis de la Première ministre Sophie Wilmes, pour un hommage à l’Américain George Floyd, un homme noir tué par un policier blanc lors de son arrestation à Minneapolis (Etats-Unis). Tout en reconnaissant que « la cause est juste », Sophie Wilmes s’était opposée à un rassemblement par crainte que les consignes de sécurité imposées pour lutter contre la propagation du coronavirus ne soient pas respectées.

Les violences ont commencé près de la place du Palais de Justice où était organisé le rassemblement. Les affrontements avec la police se sont produits dans une rue commerçante de Matonge, le plus important quartier commerçant et associatif africain. Plusieurs personnes ont été blessées au cours des échauffourées, a constaté un photographe de l’AFP, alors que des camions équipés d’une pompe à eau ont été utilisés pour repousser les émeutiers et éteindre des feux de poubelles.

Le maire promet des indemnisations

« Nous n’avons rien à voir avec ces actions », a déclaré Taiyno Cherubin, membre du comité d’organisation du rassemblement. « Nous avions un message de paix, notre rassemblement était pacifique », a-t-il insisté.

De son côté, le maire de Bruxelles a annoncé son intention d’indemniser les commerçants dont les boutiques ont subi des dégâts. « A l’instar des plus grandes capitales européennes comme Paris, Londres, Madrid, Rome, Bruxelles, capitale de 400 millions d’Européens, ne pouvait rester sourde à l’émotion mondiale suscitée par la mort de George Floyd », s’est-il défendu. « Les 10.000 personnes présentes, qui pour la quasi-totalité portaient un masque, ont démontré qu’elles pouvaient s’exprimer dans le calme et en respectant autant que possible les règles sanitaires », a-t-il affirmé.