Mort de George Floyd : Deux policiers suspendus pour avoir violemment poussé un manifestant de 75 ans

VIOLENCES POLICIERES Le militant pacifiste était hospitalisé vendredi dans un état sérieux mais stable

20 Minutes avec AFP

— 

Un manifestant a été poussé par la police de Buffalo, dans l'Etat de New York, le 4 juin 2020.
Un manifestant a été poussé par la police de Buffalo, dans l'Etat de New York, le 4 juin 2020. — Mike Desmond / WBFO NPR / AFP

Depuis la mort de George Floyd, les images choquantes d’interventions de la police américaine se multiplient. Deux policiers de Buffalo, au nord de l’Etat de New York, ont été suspendus, vendredi, pour avoir violemment poussé un manifestant de 75 ans la veille. Une enquête a été ouverte par le procureur du comté d’Erie.

Dans un premier temps, la police avait assuré dans un communiqué que le manifestant avait « trébuché et chuté ». Mais jeudi, une vidéo filmée par un journaliste de la radio NPR a montré une tout autre version. L’homme, qui a été identifié comme Martin Gugino, un militant pour la paix de l’organisation WNY Peace Center, s’approchait d’un groupe de policiers, semble-t-il pour leur rendre un casque. Deux officiers le poussent alors avec force. Le manifestant tombe à la renverse, et l’arrière de son crâne frappe la chaussée. Alors qu’il reste immobile et saigne abondement, le groupe d’une vingtaine de policiers passe à côté de lui sans appeler les secours.

« Effrayant », selon le gouverneur

Devant l’indignation provoquée par cette réaction, les deux policiers ont été suspendus, et le gouverneur de l’Etat de New York Andrew Cuomo a appelé vendredi à ce qu’ils soient limogés, jugeant leur action « effrayante ». Selon un communiqué de son avocat, Martin Gugino était encore hospitalisé vendredi dans un état « sérieux » mais il était conscient.

Vendredi après-midi, le principal syndicat de police du comté a annoncé que la cinquantaine d’agents avaient claqué la porte de cette unité d’intervention – mais pas la police – pour protester contre la suspension de leurs collègues.