Tiananmen : Des milliers de personnes allument des bougies à Hong Kong, des arrestations en cours

HOMMAGE Un 31e anniversaire très particulier en raison de l’épidémie de Covid-19

C.C. avec AFP

— 

Des manifestants réunis ce jeudi 4 juin 2020.
Des manifestants réunis ce jeudi 4 juin 2020. — Anthony WALLACE / AFP

Des foules de Hongkongais ont bravé jeudi l’interdiction de rassemblement pour marquer le 31ème anniversaire de la sanglante répression de Tiananmen lors de veillées dans plusieurs quartiers, sur fond de tensions quant à l’influence de Pékin sur la ville. Pour la première fois en trente ans, la police n’avait pas autorisé le traditionnel hommage aux victimes qui se tient chaque année dans le Parc Victoria, en invoquant les restrictions liées au coronavirus. La police procède à des arrestations en ce moment.

Alors que les Hongkongais se préparaient à marquer l’événement en ordre dispersé sur tout le territoire, quelques manifestants ont retiré les barrières qui avaient été installées autour de ce grand espace vert de l’île de Hong Kong, ce qui a permis à une foule sans cesse plus nombreuse de venir noircir les terrains de football en scandant des slogans du mouvement pro-démocratie. Beaucoup portaient un t-shirt noir avec l’inscription « Vérité » en blanc. « Debout pour Hong Kong », lançaient les manifestants, quand d’autres agitaient des drapeaux pour l’indépendance.

« Je ne crois pas que ce soit à cause de la pandémie. C’est de la répression politique »

La sanglante intervention de l’armée chinoise dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 avait mis fin à sept semaines de manifestations d’étudiants et d’ouvriers contre la corruption et pour la démocratie en Chine. La répression avait fait entre plusieurs centaines et plus d’un millier de morts. Le sujet est tabou en Chine. Jeudi matin à Pékin, un photographe de l’AFP a été stoppé par la police, qui l’a obligé à effacer la plupart de ses clichés, alors qu’il circulait près de Tiananmen.

« Je ne crois pas que ce soit à cause de la pandémie. C’est de la répression politique », a déclaré dans la journée à l’AFP Wong, un homme de 53 ans qui a refusé de donner son identité complète, après s’être agenouillé près du Parc en hommage. « J’ai bien peur que cette veillée n’ait plus jamais lieu. » L’an passé, la veillée du 30e anniversaire s’était déjà déroulée dans un contexte politique tendu : l’exécutif hongkongais pro-Pékin tentait d’imposer l’autorisation des extraditions vers la Chine continentale. Une semaine plus tard, allaient commencer sept mois de manifestations quasi quotidiennes dans la métropole financière.

Washington a salué comme chaque année la mémoire des victimes. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a ainsi tweeté une photo de lui avec quatre figures du mouvement de Tiananmen.