Coronavirus : L’alliance du vaccin appelle à la solidarité mondiale avant un sommet des donateurs

EPIDEMIE L’alliance espère lever plusieurs milliards pour trouver un vaccin contre le Covid-19 mais aussi pour reprendre les campagnes de vaccination qui ont été abandonnées au début de l’épidémie

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration d'un vaccin.
Image d'illustration d'un vaccin. — Mathieu Pattier/SIPA

Face au coronavirus, « personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité », prévient le président de l’Alliance du vaccin (Gavi), appelant à la solidarité mondiale à la veille d’un sommet virtuel destiné à lever des fonds pour la vaccination en général.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, des chercheurs du monde entier travaillent d’arrache-pied pour trouver un vaccin contre le virus qui a déjà fait quelque 380.000 morts. Pour Seth Berkley, patron du Gavi, la communauté internationale doit s’assurer que tous les pays auront accès au potentiel futur vaccin, quelles que soient leurs ressources.

Deux milliards contre le Covid, un début

« C’est un problème mondial qui nécessite une solution mondiale et nous devons travailler tous ensemble », a-t-il insisté juste avant la conférence des donateurs virtuelle organisée jeudi par le Royaume-Uni.

L’Alliance espère y lever 7,4 milliards de dollars pour continuer les campagnes mondiales de vaccination contre la rougeole, la polio ou la typhoïde, largement perturbées par l’épidémie. Pour le Covid-19, l’objectif est de récolter 2 milliards de dollars, ce qui ne serait qu’un début, note Seth Berkley alors que les négociations avec les fabricants ne font que commencer.

Des campagnes de vaccination perturbées

Pour Seth Berkley, les pays doivent partager l’accès aux vaccins, qui n’est pas seulement une question humanitaire et égalitaire, mais aussi de santé publique mondiale. « Personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité. Le virus est passé d’un endroit près de Wuhan à 180 pays dans le monde en moins de trois mois », y compris des îles et des lieux isolés, a-t-il insisté.

L’OMS, l’Unicef et Gavi ont mis en garde le mois dernier contre le risque que cette pandémie ne mette à mal les campagnes d’immunisation dans 70 pays, menaçant ainsi quelque 80 millions d’enfants de moins d’un an. Les efforts d’éradication de la polio ont ainsi été suspendus dans des dizaines de pays, et la vaccination contre la rougeole s’est arrêtée dans 27 pays, a précisé l’Unicef.

Un nombre de théories du complot « sans précédent »

Les fonds récoltés jeudi sont prévus pour une période de cinq ans pendant laquelle l’Alliance espère relancer les programmes de vaccination dans les pays où elle travaille en permettant un accès moins cher aux vaccins, dans le but d’atteindre 300 millions d’enfants.

Malgré la crise économique majeure provoquée par la pandémie et les mesures pour la combattre, Seth Berkley est « raisonnablement optimiste » sur la possibilité d’atteindre les objectifs. Mais il craint en revanche les effets délétères du volume « sans précédent » de rumeurs et de théories complotistes qui circulent aujourd’hui autour des vaccins, surtout dans l’hémisphère nord. « La défiance entre la population et leur gouvernement, les rumeurs et la diffusion intentionnelle de fausses informations ne sont pas seulement à leur plus haut niveau, elles sont en plus amplifiées par les réseaux sociaux qui n’existaient pas il y a 20 ans », s’inquiète-t-il. « Une combinaison parfaite de problèmes ».