Hong Kong : Pourquoi la loi sur la sécurité nationale ravive de vieilles rancœurs avec la Chine

CONTESTATION Les manifestations contre le projet de loi sur la sécurité nationale, diligenté par le parti communiste chinois, en rappellent d'autres, elles aussi liées à l’article 23 de la Constitution, au cœur du conflit entre Hong Kong et la Chine

E.Pe.

— 

Les Hongkongais révoltés, la région chinoise en crise depuis des décennies — 20 Minutes

Des milliers de Hongkongais ont décidé de braver l'interdiction de manifester, le 24 mai, pour s’élever contre un projet de loi sur la sécurité nationale, présenté au Parlement deux jours plus tôt.

Composé de sept articles, ce texte vise notamment à interdire « la trahison, la sécession, la sédition et la subversion ». Autrement dit, plus question, pour les Hongkongais, d’exprimer le moindre désaccord avec le gouvernement.

Violences au Parlement

En cause, l’article 23 de la Constitution hongkongaise qui prévoit, depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine par les Britanniques en 1997, la création d’une loi sur la sécurité nationale.

Face à cette nouvelle tentative du gouvernement chinois de prendre la main sur Hong Kong - dont la semi-autonomie est garantie jusqu’en 2047 -, de violents heurts ont éclaté dans l’hémicycle entre députés pro-démocratie et pro-Chine. Le projet de loi sera tout de même soumis au vote du Parlement chinois le 28 mai prochain.