Le « gouvernement italien » utilise-t-il des « chômeurs » pour surveiller le déconfinement ? Le vrai du faux

FAKE OFF Selon plusieurs blogs francophones, « le gouvernement italien veut que les chômeurs deviennent des dénonciateurs de la distanciation sociale non respectée ». Une allusion à un projet qui fait polémique en Italie

Mathilde Cousin

— 

Des policiers italiens patrouillent sur la plage d'Ostie, près de Rome, le 24 mai.
Des policiers italiens patrouillent sur la plage d'Ostie, près de Rome, le 24 mai. — Andrew Medichini/AP/SIPA
  • Le gouvernement italien veut-il demander à des chômeurs de surveiller le respect des mesures de déconfinement ? C’est ce que soutiennent des blogs.
  • L'initiative, qui divise la classe politique, vise à recruter des volontaires parmi les bénéficiaires d’aides sociales ou les retraités.

Une initiative destinée à lutter contre le coronavirus qui fait polémique des deux côtés des Alpes. Lundi, plusieurs blogs francophones ont affirmé que le gouvernement italien voulait « que les chômeurs deviennent des dénonciateurs de la distanciation sociale non respectée ».

Ces blogs avancent que ces « assistants civiques » « signaleront les infractions à l’utilisation des masques faciaux et aux autres règles ordonnées par l’État » dans le cadre du  déconfinement. Avant de poursuivre : « Les informateurs ne recevront ni uniforme ni badge, et seront simplement intégrés à la population, ce qui signifie que n’importe qui pourrait être un dénonciateur du gouvernement. »

FAKE OFF

Ces blogs extrapolent à partir d’une proposition présentée dimanche par Francesco Boccia, ministre des Affaires régionales, et Antiono Decaro, maire de Bari (Pouilles) et président de l’Association des communes italiennes. L’initiative divise le gouvernement de coalition au pouvoir à Rome, dont plusieurs des membres ont exprimé publiquement leur opposition. Le ministère de l’Intérieur, indique le quotidien La Repubblica, n’était pas au courant. Dans le même journal, Francesco Boccia a répliqué ce mardi avoir informé ses collègues du projet.

Le dispositif envisagé ne concerne toutefois pas uniquement les demandeurs d’emploi, et serait ouvert aux bénéficiaires d’aides sociales et aux retraités. Ces 60.000 assistants civiques auraient uniquement pour mission de « faciliter le contrôle de l’accès aux parcs ou aux marchés, en comptant le nombre de personnes qui entrent ou sortent, ou d’expliquer les règles d’accès aux plages quand elles rouvriront », selon un communiqué d’Antonio Decaro, repris par l’AFP et l’agence italienne Ansa. Ils seraient mobilisables jusqu’à 16 heures par semaine.

Face au tollé soulevé par la proposition, l’élu a précisé que ces assistants ne pourront pas effectuer de contrôles. Ceux-ci devront porter une veste bleue pour être identifiables.

L’Italie déplore plus de 32.000 morts du Covid-19. Après la réouverture des bars et restaurants le 18 mai, le pays a franchi une nouvelle phase avec la réouverture des piscines et des salles de sport lundi. Le pays doit poursuivre son déconfinement le 3 juin, en autorisant notamment les déplacements entre régions.

Vous voulez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.