Coronavirus : Pour Donald Trump, c’est l'« incompétence » de Pékin qui a provoqué une « tuerie de masse mondiale »

PANDEMIE L’escalade verbale se poursuit entre les deux grandes puissances

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain à la Maison Blanche, le 18 mai 2020.
Le président américain à la Maison Blanche, le 18 mai 2020. — Doug Mills/CNP/AdMedia/SIPA

Donald Trump contre Pékin, épisode 67. Le président américain a de nouveau attaqué la Chine ce mercredi, estimant que son « incompétence » face au coronavirus avait provoqué une « tuerie de masse mondiale ».

« Un cinglé en Chine vient de publier un communiqué accusant tout le monde à l’exception de la Chine pour le virus qui a tué des centaines de milliers de personnes », a commenté Donald Trump sur son canal de communication préféré, Twitter. Et d’ajouter : « Merci d’expliquer à cet abruti [dont il n’a pas précisé de qui il s’agit] que c’est "l’incompétence de la Chine", et rien d’autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale ! ».

Une relation très froide

Le locataire de la Maison Blanche martèle depuis plusieurs semaines que le bilan du Covid-19 – plus de 320.000 morts à travers le monde – aurait pu être évité si la Chine avait agi de manière responsable dès l’apparition du virus dans la ville de Wuhan. Il y a une semaine, il a menacé de rompre toute relation avec le géant asiatique et assuré qu’il ne souhaitait plus, pour l’heure, parler à son homologue Xi Jinping.

Pékin assure de son côté avoir transmis le plus vite possible toutes les informations à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Guéguerre autour de l’OMS

L’escalade verbale entre les deux premières économies mondiales s’est notamment concentrée sur l’attitude de l’agence. Accusant l’OMS d’être une « marionnette de la Chine », Trump lui a donné un mois pour engager des réformes et obtenir des résultats significatifs. Tout en menaçant de quitter cet organe dont les Etats-Unis étaient traditionnellement le premier contributeur.

Pékin a répliqué en accusant Washington de chercher à « se soustraire à ses obligations » envers l’organisation.