VIDEO. Coronavirus : Malgré les risques et une efficacité en doute, Donald Trump prend de l’hydroxychloroquine tous les jours

SANTE Le président américain a commencé il y a une semaine et demie car il avait « entendu de très bonnes choses »

Philippe Berry

— 

Malgré les risques, Donald Trump prend de l'hydroxychloroquine tous les jours. — 20 Minutes

Il a lâché ça l’air de rien, au détour d’un échange avec les journalistes américains. Malgré les doutes sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine sur le coronavirus et l’avertissement des autorités sanitaires sur les effets secondaires, Donald Trump a annoncé lundi qu’il prenait de manière préventive « un comprimé par jour » depuis une semaine et demie.

« Il y a beaucoup de bonnes choses autour de l’hydroxychloroquine. Vous seriez surpris de savoir combien de personnes en prennent, surtout [le personnel soignant] en première ligne. J’en prends moi-même », a glissé le président américain. Cacophonie dans la salle. « De l’hydroxychloroquine ? », demandent les journalistes. « Oui, de l’hydroxychloroquine. J’ai commencé il y a environ deux semaines, j’ai entendu de très bonnes choses. »

Alors que certains se demandaient si Donald Trump était sérieux, le médecin de la Maison-Blanche, Sean Conley, a confirmé lundi soir que le président américain prenait bien ce médicament controversé. Après de « nombreuses discussions » avec Donald Trump, il a estimé que « les avantages potentiels de ce traitement l’emportaient sur les risques relatifs ».

« Qu’est-ce que vous avez à perdre ? »

« Vous connaissez l’expression : qu’est-ce que vous avez à perdre ? Je prends un comprimé par jour. J’ai commencé il y a une semaine et demie. A un certain moment, j’arrêterai », a continué Donald Trump. Est-ce sur ordre du médecin de la Maison-Blanche ? « Non, il ne l’a pas recommandé. Je lui ai demandé ce qu’il en pensait. Il a dit : ''Well, si vous en voulez''. Je lui ai dit : ''Oui, je veux en prendre'', beaucoup de gens en prennent en première ligne. »

Quelles preuves a-t-il des bénéfices préventifs de ce médicament utilisé contre le paludisme, mais dont l’efficacité contre le coronavirus a été mise en doute par plusieurs études récentes ? « Voici mes preuves : je reçois de nombreux appels positifs [à propos de l’hydroxychloroquine]. » Le locataire de la Maison-Blanche dit avoir reçu « beaucoup de lettres extraordinairement positives », notamment une d’un médecin qui en avait prescrit à plusieurs centaines de patients. En France, le professeur Raoult en vante les mérites depuis le début de la pandémie.

« Obésité morbide »

Interrogée sur CNN, Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a estimé que ce n’était « pas une bonne idée ». « Il est notre président et je préférerais qu’il ne prenne pas quelque chose qui n’a pas été approuvé par les scientifiques, particulièrement dans sa catégorie d’âge et, disons, dans sa catégorie de poids, appelée obésité morbide », a-t-elle ajouté. Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat, a dénoncé des déclarations « dangereuses ». « Cela donne aux gens de faux espoirs (…) et peut même les mettre en danger », a-t-il déploré sur MSNBC.

Les autorités sanitaires américaines (FDA) ont mis en garde fin avril contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine en dehors d’essais cliniques supervisés. Quid des effets secondaires, notamment de sérieux risques pour le cœur et la rétine ? Réponse de Donald Trump : « Cela ne va pas me faire de mal. C’est utilisé depuis quarante ans pour le paludisme (…) Beaucoup de médecins en prennent. Je suis toujours [vivant] ».

Selon deux études publiées vendredi dans la revue médicale britannique BMJ, l’hydroxychloroquine ne réduit pas les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19. En France, l’Agence du médicament avait lancé un avertissement fin mars, rappelant que l’hydroxychloroquine ne devait « en aucun cas » être utilisée en automédication.