Venezuela : La France proteste contre le traitement infligé à son ambassadeur

DIPLOMATIE Depuis le 2 mai, des barrages ont été érigés par la police dans la rue de Caracas où se trouve la résidence de l’ambassadeur de France

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, à Caracas le 13 mars 2020.
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, à Caracas le 13 mars 2020. — AFP

Pour protester contre le traitement infligé à sa représentation diplomatique à Caracas, la France a convoqué, ce mercredi, l’ambassadeur du Venezuela à Paris, sur fond de tensions avec le président vénézuélien Nicolas Maduro, a annoncé la diplomatie française, ce jeudi.

« La France exprime sa ferme condamnation des mesures prises ces derniers jours venant porter atteinte au fonctionnement normal de notre représentation diplomatique à Caracas », a déclaré un porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, en faisant valoir que ces mesures étaient « contraires à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ».

Plus d’eau et d’électricité

Depuis le 2 mai, des barrages filtrants du Sebin, les services de renseignement vénézuéliens, ont été érigés à l’entrée et à la sortie de la rue de Caracas où se trouve la résidence de l’ambassadeur de France, Romain Nadal, selon une source proche du dossier. La résidence n’est par ailleurs plus alimentée en électricité du réseau depuis une coupure le 3 mai et doit recourir à un groupe électrogène.

Elle n’a plus non plus d’eau et le puits qui s’y trouve ne peut être actionné faute de gasoil pour alimenter la pompe, les camions-citernes n’ayant plus accès à la rue pour l’approvisionner. « Cette position a été exprimée cet après-midi lors de la convocation de l’Ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela en France au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères », a ajouté le porte-parole adjoint. « Les autorités françaises attendent qu’il soit mis fin sans délai à ces mesures afin de rétablir le fonctionnement normal de notre représentation diplomatique », a-t-il poursuivi.

Un « coup d’Etat » contre l’héritier de Hugo Chavez

L’Union européenne soutient le plan américain pour un gouvernement de transition au Venezuela sans le dirigeant socialiste Nicolas Maduro et le chef de l'opposition Juan Guaido. Un certain nombre de pays européens, dont la France, avaient reconnu en 2019 Juan Guaido comme le président par intérim du Venezuela.

Nicolas Maduro accuse son rival d’avoir fomenté une tentative d'«invasion du Venezuela» qui devait se solder, selon lui, par un « coup d’Etat », avec la complicité des Etats-Unis et de la Colombie. Le président américain Donald Trump a nié toute implication. Nicolas Maduro, au pouvoir depuis 2013, jouit du soutien de Cuba, de la Chine et de la Russie. Mais Washington serre de plus en plus fort la vis des sanctions contre Caracas et la justice américaine a inculpé l'héritier politique de Hugo Chavez (1999-2013) pour «narco-terrorisme» en mars.