Coronavirus : Au Nigéria, les hôtels qui ne respectent pas le confinement sont détruits par des bulldozers

SÉCURITÉ SANITAIRE Un confinement obligatoire a été décrété jeudi dernier par le gouvernement

20 Minutes avec Agence

— 

Un homme marche dans les rue de Port Harcourt au Nigéria.
Un homme marche dans les rue de Port Harcourt au Nigéria. — PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Le gouvernement du Nigeria ne plaisante pas avec le confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les autorités ont ainsi ordonné la démolition de deux hôtels situés dans l’État de Rivers, dans le sud du pays. Les dirigeants de ces établissements étaient accusés de ne pas avoir fait respecter les règles sanitaires. Un confinement obligatoire avait été décrété jeudi dernier à Port Harcourt, la capitale.

Les bulldozers se sont attaqués dimanche 10 mai à l’Edemete Hotel et au Prodest Home, rapporte la BBC. Les gérants des deux hôtes ont par ailleurs été arrêtés. L’un d’eux affirme que les faits qu’on lui reproche ne peuvent pas s’être produits. Gogorobari Promise Needam, propriétaire du Prodest Home, affirme en effet que son établissement était fermé et porte à son tour des accusations à l’encontre des autorités.

« Ils demandaient des pots-de-vin »

« L’hôtel n’était pas en activité et 70 % du personnel avait été renvoyé chez lui, explique-t-il. Il ne restait que trois personnes sur place ». L’entrepreneur raconte que des représentants du gouvernement local se sont déplacés sur les lieux. « Ils demandaient des pots-de-vin et disaient qu’ils nous laisseraient travailler si on leur donnait de l’argent. Nous leur avons répondu que nous étions fermés et que nous n’avions pas d’argent à leur donner ». Les autorités locales rejettent en bloc ces allégations.

Deux personnes sont décédées des suites du Covid-19 dans l’État de Rivers, où 15 personnes ont été atteintes par la maladie depuis le début de l’épidémie. Le gouverneur Nyesom Wike a fait savoir que plusieurs patients contaminés avaient séjourné dans des hôtels de l’État sans pour autant préciser si les deux établissements détruits avaient accueilli des personnes malades.