Thaïlande: le parti au pouvoir dissous, le Premier ministre interdit d'activité politique pendant cinq ans

BANGKOK La Cour constitutionnelle l'a reconnu coupable de fraude électorale, le Premier ministre accepte le verdict...

Avec agence

— 

M. Somchai a déclaré qu'il acceptait cette décision "inattendue".
M. Somchai a déclaré qu'il acceptait cette décision "inattendue". — Str AFP

La Thaïlande s’enfonce dans la crise politique. Ce mardi, la Cour constitutionnelle a ordonné la dissolution du parti au pouvoir, reconnu coupable de fraude électorale, et a interdit au Premier ministre Somchai Wongsawat toute activité politique pendant cinq ans. Wongsawat a annoncé dans la foulée qu'il acceptait ce verdict.

Ce verdict a été rendu alors que la Thaïlande est le théâtre de manifestations antigouvernementales depuis une semaine, qui ont abouti à la fermeture des deux aéroports de Bangkok bloquant plus de 350.000 passagers. Une personne est morte, lundi, dans l'explosion d'une bombe, nouvelle victime de la vague de violence actuelle.

«La Cour constitutionnelle a décidé à l'unanimité de dissoudre le Parti du pouvoir du peuple (PPP), a déclaré le juge Chat Chonlaworn, qui dirigeait un panel de neuf magistrats. Par conséquent, le leader du parti et les cadres du parti doivent être interdits d'activités politiques pendant cinq ans».

Le précédent Thaksin

La Cour constitutionnelle se penchait depuis des mois sur des irrégularités commises par certains cadres du PPP lors des élections législatives de décembre 2007 remportées haut la main par cette formation. Selon la Constitution adoptée en août 2007, sous l'impulsion d'une junte militaire, l'ensemble d'un parti peut être dissous en Thaïlande si un seul de ses responsables est reconnu coupable de fraude électorale.

Le PPP est le parti où se sont regroupés tous les lieutenants de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, qui avait été renversé en septembre 2006 par l'armée. L'actuel chef du gouvernement, Somchai Wongsawat, est le beau-frère de Shinawatra, qui vit en exil.

En mai 2007, un tribunal mis en place par la junte avait ordonné la dissolution du parti fondé par Thaksin Shinawatra, le Thai Rak Thai (TRT). Il avait en outre interdit à 111 dirigeants de cette formation, dont Shinawatra, d'exercer toute activité politique pendant cinq ans.