Coronavirus aux Etats-Unis : Une coiffeuse condamnée à sept jours de prison pour avoir gardé son salon ouvert

JUSTICE Shelley Luther, patronne du salon « A la mode » à Dallas, avait expliqué au juge avoir besoin de « nourrir ses enfants »

20 Minutes avec agences

— 

Shelley Luther a été condamné au Texas pour avoir ouvert son salon de coiffure au Texas.
Shelley Luther a été condamné au Texas pour avoir ouvert son salon de coiffure au Texas. — LM Otero/AP/SIPA

Au Texas (Etats-Unis), une coiffeuse a été condamnée ce mardi à sept jours de prison pour avoir gardé son salon ouvert pendant la pandémie de coronavirus. Le 28 avril dernier, un tribunal fédéral de Dallas avait ordonné à Shelley Luther, patronne du salon « A la mode », de se plier aux règles de confinement prises à la fois par la ville, le comté et l’Etat.

« Elle a continué ses opérations pendant sept jours et jusqu’à cette audience » et reçu plusieurs clientes par jour, selon le jugement. Elle « n’a exprimé aucun remords ni regret », a encore souligné le juge, qui lui a également imposé une amende de 1.000 dollars (925 euros) pour chacun des sept jours d’infraction. Son avocate a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

Décision « honteuse » pour le procureur général

Lors de l’audience, Shelley Luther, qui s’était aussi distinguée lors de manifestations contre le confinement, a expliqué au juge avoir besoin de « nourrir ses enfants », ont rapporté les médias locaux. « Si vous pensez que la loi est plus importante que nourrir des enfants, prenez votre décision mais je ne fermerai pas mon salon », a-t-elle déclaré.

Le procureur général du Texas, le républicain Ken Paxton, a jugé ce mercredi la décision « honteuse et déconnectée du réel » et plaidé pour la remise en liberté de cette « mère qui a gardé son salon ouvert pour mettre à manger sur la table de la famille ». La peine est « excessive », a renchéri le gouverneur républicain Greg Abbott. Celui-ci a par ailleurs annoncé la réouverture des salons de coiffure, ainsi que des barbiers, salons de manucure, cabines de bronzage, parcs, plages et piscines, à partir de vendredi, une semaine après la levée des restrictions sur les bars et les restaurants de son Etat.