Coronavirus : Pénurie de burgers et rationnement de viande dans certains supermarchés aux Etats-Unis

VEGANISME De nombreux abattoirs ont été contraints de fermer à cause d'infections massives parmi les employés

P.B. avec AFP

— 

Aux Etats-Unis, la chaîne de supermarchés Kruger a limité la quantité de viande que les clients peuvent acheter.
Aux Etats-Unis, la chaîne de supermarchés Kruger a limité la quantité de viande que les clients peuvent acheter. — Jeff Amy/AP/SIPA

Moins de viande, plus de légumes : les Américains risquent de devoir bientôt se plier à cette formule, les chaînes de supermarchés limitant les unes après les autres les achats de viande, conséquence des fermetures temporaires d’abattoirs pour cause de coronavirus. Lundi, environ 20 % des fast-foods de la chaîne Wendy’s ne servaient plus de burgers, selon un analyste américain.

Les craintes sur une possible pénurie de viande au moment où approche la traditionnelle saison des barbecues ont été renforcées par la décision de l’enseigne de gros Costco d’imposer à son tour des restrictions sur le nombre de morceaux de boeuf, de porc et de volaille que ses clients peuvent acheter face à la hausse de la demande. Chaque client aura désormais le droit de se procurer un maximum de trois articles de viande, précise la compagnie dans un communiqué publié lundi sur son site Internet.

Cette mesure a pour but « d’aider plus de personnes à pouvoir acheter la marchandise dont ils ont envie et besoin », a justifié l’entreprise, qui gère 440 hypermarchés sur le territoire américain. Costco n’est pas la première chaîne à annoncer ce genre de limitations aux Etats-Unis : les supermarchés Kroger et la chaîne Wegmans ont notamment fait des annonces similaires.

Pas de burger chez Wendy’s

Du côté des fast-foods, c’est la chaîne Wendy’s qui semble le plus durement touchée, contrainte de retirer les burgers de bœuf de ses menus dans certains restaurants. Wendy’s utilise en effet des steaks hachés frais et pas surgelés, qui sont plus rapidement frappés par les tensions sur la chaîne d’approvisionnement.

Selon l’analyste James Ruthford, environ 18 % des 1.043 enseignes de Wendy’s sont touchées, principalement à New York, dans l’Ohio, le Michigan et le Tennessee. A ce stade, il ne s’agit pas encore de pénurie globale mais régionale qui dépend de l’impact du coronavirus sur les fournisseurs.

Un employé sur deux infecté dans un abattoir

Donald Trump a signé récemment un décret ordonnant aux usines, où sont abattus et transformés bovins, porcs et volailles, de rester ouvertes pour s’assurer qu’il y aurait de la viande dans les rayons des supermarchés. Après avoir déjà fermé cinq sites, le géant de la viande Tyson Foods a prévenu lundi que de nouvelles fermetures d’abattoirs étaient plus que probables cette année. Selon les médias américains, 700 employés à Perry, dans l’Iowa, ont été testés positifs au Covid-19, soit 58 % des salariés de l’abattoir. Conséquences, de nombreux fermiers ont été contraints de procéder à des abattages massifs de millions d’animaux pour limiter la population de leurs établissements.

Il est difficile « d’anticiper combien de temps vont persister ces défis causés par le Covid-19 », a déclaré le PDG Noel White, ajoutant que la durée des fermetures variait pour l’heure entre « quelques jours et des semaines ». Par conséquent, la production de viande de Tyson Foods va nettement diminuer, d’autant que certains salariés ne se rendent plus à l’usine de peur d’être contaminés.

Selon le principal syndicat agricole aux Etats-Unis, Farm Bureau, au moins 18 usines de viande ont été fermées au cours des deux derniers mois, diminuant au passage la capacité du pays à transformer de la viande de porc d’environ 20 % et celle de boeuf de 10 %.