Hillary Clinton en pole position

USA2008 La sénatrice et ancienne rivale d'Obama est pressentie pour prendre la tête du département d'Etat...

Avec agence

— 

Le président élu Barack Obama doit présenter lundi son équipe de sécurité nationale, reflétant le choix de l'expérience sur les amitiés politiques, avec la nomination attendue de son ex-rivale Hillary Clinton au département d'Etat et le maintien du secrétaire à la Défense Robert Gates.
Le président élu Barack Obama doit présenter lundi son équipe de sécurité nationale, reflétant le choix de l'expérience sur les amitiés politiques, avec la nomination attendue de son ex-rivale Hillary Clinton au département d'Etat et le maintien du secrétaire à la Défense Robert Gates. — Joe Raedle AFP/Archives

Tous les indices sont au vert pour Hillary et laissent augurer le retour du nom Clinton au gouvernement. Le président élu Barack Obama présentera ce lundi son Conseil national de sécurité, et on attend notamment la nomination très attendue de son ancien rivale à la tête du département d'Etat.

Les rumeurs faisant de l’ancienne Première dame la nouvelle patronne de la diplomatie américaine se sont fait beaucoup plus insistantes ces dernières semaines. Le choix d’Obama d'inclure la sénatrice de New York dans son administration semble désormais quasiment acquis. Citant plusieurs sources au sein du Parti démocrate, le New York Times assure qu'Hillary Clinton sera bien nommée en remplacement de Condoleeza Rice.

Bill Clinton en toute transparence

Preuve supplémentaire s’il en était encore besoin, l'entourage de la sénatrice de New York confirme que cette dernière sera présente lors de la conférence de presse que tiendra Obama ce lundi à Chicago. La nomination de Hillary Clinton à ce poste, encore impensable il y a encore quelques mois, a notamment été facilitée par les engagements pris par son mari Bill Clinton auprès de l'équipe d’Obama, selon les médias américains.

L'ancien président (1992 à 2000) aurait finalement accepté de révéler les noms des quelque 200 000 donateurs de son organisation caritative, ce qu'il avait toujours refusé de faire, et s'est engagé à la transparence sur ses futurs engagements et revenus pour éviter tout conflit d'intérêt.

Farouche adversaire du nouveau président pendant les primaires démocrates, quitte à parfois déraper dans les attaques personnelles, Hillary Clinton s'était publiquement ralliée à la Convention démocrate fin août, et avait mené campagne aux côtés d'Obama. Elle avait été un temps pressentie pour être sur le ticket, à la place de Joe Biden.

Gates reste au gouvernement

Ouvrant en grand les portes de son équipe, Barack Obama devrait également confirmer l'actuel secrétaire à la défense Robert Gates dans ses fonctions, une première dans l'histoire politique américaine. En effet, jamais un secrétaire à la défense, ministère prestigieux, n'avait servi sous des administrations républicaine et démocrate. Gates devrait rester au Pentagone pour assurer une continuité à l'heure où les Etats-Unis mènent deux guerres de front en Irak et en Afghanistan.

Enfin, le futur président devrait annoncer les nominations de Janet Napolitano, gouverneure d'Arizona, au département de la sécurité intérieure et du général James Jones, un ancien commandant de l'OTAN, au poste de conseiller à la sécurité nationale. Susan Rice, conseillère d’Obama, devrait devenir ambassadrice à l'ONU et Eric Holder, ancien haut responsable sous Bill Clinton, hériterait du ministère de la justice.

Secrétaire d'Etat
Il s'agit de l'équivalent du ministre des Affaires étrangères français. Il est à la tête du Département d'Etat. Les derniers à avoir occupé ce poste sont Madeleine Albright (administration Clinton, 1997-2001), puis Colin Powel (administration Bush, 2001-05) et enfin Condoleeza Rice (depuis 2005)