« Ici, Tout est à nos frais »

- ©2008 20 minutes

— 

« Nous sommes arrivés mardi soir, en provenance de Phuket, à l'hôtel Novotel de Suvarnabhumi, situé juste à côté du terminal d'embarquement. Nous avions prévu une courte nuit de sommeil pour prendre notre correspondance et rentrer à Paris mercredi matin. Or, une fois descendus à l'accueil, le personnel nous a avertis que l'aéroport était fermé et que l'on ne pourrait pas décoller comme prévu. Nous avons décidé de rester dans le même hôtel, car on imaginait une réouverture rapide de l'aéroport.

De notre chambre, nous avons une vue imprenable sur les voies d'accès à l'aéroport, le balai des véhicules de police et des manifestants. Nous passons nos journées à regarder la télévision et à surfer sur Internet pour nous tenir informés. Nous avons passé un séjour formidable en Thaïlande et nous sommes prêts à revenir dès que possible. Mais maintenant, il serait temps que nous rentrions car tout est à nos frais ici, les assurances ne nous aident pas. Nous avons essayé en vain de contacter la cellule de crise du Quai d'Orsay et l'ambassade de France à Bangkok. Cela commence à coûter de l'argent et nous souhaitons reprendre notre travail au plus vite. »

Recueilli par Frédéric Belge