Bangkok entre rouges et jaunes

- ©2008 20 minutes

— 

Environ 4 000 partisans du gouvernement se sont rassemblés à Bangkok hier, pour prévenir un éventuel coup d'Etat en Thaïlande, selon l'AFP. Vêtus de rouge, le front ceint de bandeaux barrés du slogan « Non au putsch », ils se sont réunis à quelques kilomètres de leurs adversaires ultra-royalistes, habillés de jaune en signe d'allégeance au roi.

Ces derniers occupent depuis plus de trois mois les bureaux du Premier ministre, Somchai Wongsawat, dont ils réclament la démission, et bloquent depuis mardi les deux aéroports de Bangkok. Ils ont juré d'obtenir la démission du chef du gouvernement, accusé d'agir pour le compte de Thaksin Shinawatra, son beau-frère. Premier ministre de 2001 à 2006, Thaksin Shinawatra a été renversé par l'armée à la suite d'accusations d'abus de pouvoir, et de corruption.

L'Alliance du peuple pour la démocratie, instigatrice de l'action antigouvernementale actuelle, brave les sommations de la police autour des aéroports, placés sous le régime de l'état d'urgence.

La crise a récemment pris un tour violent. Des affrontements ont fait six morts et plusieurs centaines de blessés depuis la fin août. Dans la nuit de samedi à dimanche, deux attaques à la grenade visant des antigouvernementaux ont fait 51 blessés. Un peu plus tôt, 49 personnes avaient été blessées par un tir de grenade sur le siège du gouvernement, où campent des opposants.