démissions à la tête de l'état

- ©2008 20 minutes

— 

Au lendemain de l'assaut final contre les derniers extrémistes islamistes, le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a démissionné, indiquant qu'il se sentait dans l'obligation d'assumer la « responsabilité morale » après les attaques. Le conseiller à la sécurité nationale M.K. Narayanan a également quitté ses fonctions hier alors qu'un dernier bilan évaluait à au moins 172 le nombre de décès dans les attentats.

Ces départs pourraient ne pas être isolés. Selon un conseiller du Premier ministre, Manmohan Singh, « d'autres hauts responsables du gouvernement devraient se voir montrer la porte ».

Dans le même temps, l'enquête s'orientait vers le groupe islamiste Lashkar-e-Taïba, l'un des mouvements clandestins pakistanais qui luttent contre l'« occupation » indienne du Cachemire et les persécutions que subit selon eux la minorité musulmane d'Inde. New Delhi envisage de suspendre le processus de paix avec Islamabad, selon l'agence de presse indienne PTI, citant des sources selon lesquelles « une série de rencontres de haut niveau vont se tenir dans les prochains jours ».

Samedi, le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a mis en garde l'Inde contre une « réaction excessive » aux attentats.