Coronavirus : Pourquoi demande-t-on aux Belges de manger des frites deux fois par semaine ?

SAUCE BIGGY Le confinement a fait chuter la consommation de pommes de terre en Belgique. Les frites pourraient-elles sauver la filière de la pomme de terre ?

Floréal Hernandez

— 

Des frites. (Illustration)
Des frites. (Illustration) — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Au milieu du XIXe siècle, le mildiou a été à l'origine de la «famine de la pomme de terre» en Irlande. Le coronavirus sera-t-il à l'origine de la faillite des producteurs de patates en Belgique? Selon la fédération Belgapom, qui représente les négociants et transformateurs de pommes de terre, un million de tonnes seraient déjà invendables, rapporte La Voix du Nord.

Le confinement qui a entraîné la fermeture des restaurants ou l'annulation des festivals de l'été a conduit à une baisse de la consommation de pommes de terre en Belgique. Pour sauver le secteur et inciter les Belges à consommer des pommes de terre, le secrétaire général de Belgacom, Romain Cools, a lancé lors d'une conférence de presse: « Mangeons tous des frites deux fois au lieu d’une fois par semaine ».

Belgapom va également emballer et mettre à la disposition des banques alimentaires 25 tonnes de pommes de terre par semaine jusqu’à fin mai.