VIDEO. Coronavirus : Trump assure qu’il était « sarcastique » en spéculant sur les UV ou les « injections » de désinfectant

NOT A DOCTOR Cible de critiques et de moqueries après sa conférence de presse de jeudi, le président américain tente de corriger le tir

Philippe Berry

— 

Coronavirus : Trump suggère une injection de désinfectant ou des UV contre le Covid-19 — 20 Minutes
  • Lors de son briefing, jeudi, Donald Trump a spéculé sur des traitements dangereux pour combattre le coronavirus.
  • De nombreux médecins l’ont critiqué, estimant que le président américain faisait preuve « d’irresponsabilité ».
  • Vendredi, Donald Trump a assuré qu’il était « sarcastique » mais il semblait pourtant fort sérieux.

On appelle ça du « damage control ». Après une conférence de presse surréaliste sur le coronavirus lors de laquelle il s’est interrogé sur de possibles traitements aux UV ou via une « injection » de désinfectant, Donald Trump a assuré, vendredi, qu’il était « sarcastique ». Pendant plus de deux minutes, il était pourtant fort enthousiaste, la veille, demandant à ses médecins de « tester ça ».

Pour ceux qui ont raté le premier épisode, un responsable de la Homeland security (sécurité intérieure) a présenté au pupitre de la Maison-Blanche une étude sur l’impact de la chaleur, de la lumière du soleil et de différents produits désinfectants sur le Covid-19 sur les surfaces ou dans l’air. Selon des conclusions très préliminaires, le virus semble affaibli ou détruit par les températures supérieures à 35° Celsius, les UV du soleil et l’alcool isopropylique (à 90°).

Mystérieuse lettre de « l’église Genesis »

Dans la foulée, Donald Trump a spéculé sur de possibles traitements sur le corps humain, se demandant : « Supposons qu’on frappe le corps avec une grande (quantité) d’ultraviolets ou juste une lumière très forte. Supposons qu’on amène la lumière à l’intérieur du corps, ce qu’on peut faire à travers la peau ou d’une autre façon. Et puis je vois le désinfectant qui le neutralise en une minute. Est-ce qu’on pourrait faire quelque chose comme ça, avec une injection à l’intérieur ou… presque comme un nettoyage. Ça serait intéressant de tester ça. Je voudrais que vous demandiez à des docteurs s’il y a moyen d’appliquer de la lumière ou de la chaleur pour neutraliser le virus. »

Le président américain n’en est pas à son coup d’essai. Pendant deux semaines, il a vanté lors de ses briefings quotidiens les bienfaits supposés de l’hydroxychloroquine alors que plusieurs scientifiques de son administration appelaient à la prudence. Fin mars, un Américain est décédé après avoir ingéré du phosphate de chloroquine, et sa femme a affirmé aux médias américains qu’ils en avaient avalé préventivement après avoir entendu les propos de Donald Trump.

Pour les injections de désinfectant, le Guardian révèle qu’un groupe baptisé "l’église Genesis", dont la "solution minérale miraculeuse" à base d’un dérivé de Javel a été interdite à la vente en Floride, a écrit cette semaine au président américain pour vanter les mérites de leur produit. Rien ne prouve toutefois que Donald Trump ait lu la missive.

Alerte de médecins

Donald Trump n’a pas directement conseillé de s’injecter de la Javel. Mais ses spéculations sur le potentiel de tels traitements, devant des millions de téléspectateurs, ont été critiquées par de nombreux médecins et organisations. « S’il vous plaît, ne vous injectez pas de la Javel ou ne buvez pas de désinfectant. La Javel provoque une hémolyse (quand les globules rouges qui transportent l’oxygène sont détruits) et peut endommager le foie. Les désinfectants peuvent provoquer des brûlures dangereuses ou des saignements dans l’estomac. Ce tweet EST un conseil médical », a écrit le département toxicologique de l’université d’Harvard.

Le « surgeon general » (Administrateur de la santé publique) nommé par Donald Trump, n’est pas allé jusqu’à désavouer le président américain, mais il a rappelé qu’il fallait « toujours consulter son médecin » et ne jamais recourir à l’automédication. « Nos produits désinfectants ne doivent, en aucune circonstance, être administrés dans le corps humain (que ce soit pas injection, ingestion ou par quelque autre voie) », a insisté la marque Lysol. La porte-parole de la Maison-Blanche, elle, a assuré que les propos de Donald Trump avaient été « sortis de leur contexte ». On attend la réaction du docteur Fauci lors du briefing ce vendredi soir.