Coronavirus au Maroc : Plus de 130 cas décelés parmi les détenus d’une prison

PANDEMIE Les détenus de la prison de Ouarzazate « ont été isolés dans un quartier spécial », a annoncé l’administration pénitentiaire

20 Minutes avec agences

— 

La grille d'une prison. Illustration.
La grille d'une prison. Illustration. — Witt-Sipa

Cent trente-trois cas de contamination au coronavirus ont été décelés parmi les détenus de la prison de Ouarzazate, au sud du Maroc. Ces cas ont été enregistrés après des tests menés sur 309 de ses prisonniers, a indiqué jeudi la direction de l’administration pénitentiaire (DGAPR) dans un communiqué.

« Tous les détenus testés positifs ont été isolés dans un quartier spécial où ils seront soumis au protocole de traitement adopté par les autorités », selon la même source. Pour traiter les patients contaminés, le royaume utilise la chloroquine, un antipaludique actuellement expérimenté dans plusieurs pays. Ce bilan s’ajoute aux soixante cas précédemment enregistrés à la même prison parmi ses fonctionnaires.

Plus de 5.600 détenus relâchés

Une douzaine de cas ont aussi été décelés dans les prisons de Marrakech et de Ksar Kébir. Selon la DGAPR, les cas de contamination dans les établissements pénitentiaires marocains, qui comptent près de 80.000 détenus, sont « limités » en raison « des mesures préventives » adoptées face à la propagation du coronavirus. Début avril, plus de 5.654 détenus ont été relâchés pour réduire les risques de propagation dans des prisons notoirement surpeuplées.

Au Maroc, 3.568 cas de contamination ont été officiellement décomptés, dont 155 décès et 456 guérisons, selon le dernier bilan jeudi soir. Les autorités ont imposé des mesures de confinement et le port obligatoire du masque, sous contrôle des forces de l’ordre, qui ont interpellé plus de 57.000 personnes depuis mi-mars. L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 20 mai.