Le Mexique vit sa journée la plus violente en dépit du confinement

CRIMES Plus de cent assassinats ont été enregistrés dans le pays, ce dimanche

20 Minutes avec agences

— 

Illustration des forces de police de Chihuahua, au Mexique, transportant un cadavre.
Illustration des forces de police de Chihuahua, au Mexique, transportant un cadavre. — DANIEL ACOSTA / AFP

Le Mexique a connu ce dimanche sa journée la plus violente depuis le début de l’année avec 105 assassinats en dépit du confinement de la population décrétée pour lutter contre le coronavirus, selon des chiffres officiels rendus publics ce lundi. Le précédent « record » de violence datait du 4 avril, avec 104 meurtres en 24 heures.

« Nous nous occupons du coronavirus, mais malheureusement nous sommes confrontés au problème des homicides », a regretté le président mexicain Andrés Manuel López Obrador. Ces chiffres, relevés par les parquets des différents Etats mexicains et de l’Etat fédéral, révèlent que l’Etat de Mexico (centre) a enregistré le plus grand nombre d’assassinats avec 12 meurtres en 24 heures, suivi de l’Etat de Chihuahua (nord-est) avec 10 meurtres, puis de la ville de Mexico, des Etats de Guanajuato (centre) et Oaxaca (sud) qui en ont chacun enregistré neuf.

Plus de 30.000 assassinats en un an

Depuis les mesures de confinement de la population prises au Mexique à la mi-mars, la violence n’a pas cessé dans ce pays qui a enregistré quelque 34.608 assassinats l’an dernier, un chiffre record depuis 1997. La violence n’a cessé de croître au Mexique depuis fin 2006, date à laquelle la lutte contre le trafic de drogue est devenue l’affaire de l’armée.

Depuis cette date, quelque 275.000 personnes ont été assassinées dans le pays, selon des chiffres officiels. Ceux-ci ne précisent pas, toutefois, si toutes ces morts violentes sont imputables au crime organisé.

Le président de gauche López Obrador, au pouvoir depuis décembre 2018, estime que la violence endémique au Mexique diminuera en réduisant la pauvreté et l’exclusion, au lieu de miser principalement sur le recours à la force contre les criminels. Il a ainsi proposé une loi d’amnistie pour les petits trafiquants de drogue que le Congrès mexicain a commencé à discuter ce lundi.