Coronavirus : 300 Européens dont 170 Français bloqués dans l'épicentre de la pandémie en Equateur

CORONAVIRUS La province de Guayas, où sont bloqués 300 Européens dont 170 Français, concentre 69 % des cas de l’Equateur, pays le plus affecté de la région après le Brésil

20 Minutes avec AFP

— 

Cette photo fournie par la passagère franco-brésilienne Manuela Picq montre les personnes en attente de rapatriement à l'aéroport de Guayaquil, le 8 avril 2020.
Cette photo fournie par la passagère franco-brésilienne Manuela Picq montre les personnes en attente de rapatriement à l'aéroport de Guayaquil, le 8 avril 2020. — AFP

Quelque 300 Européens, dont plus de la moitié Français, sont restés bloqués mercredi à Guayaquil, épicentre de la pandémie de coronavirus en Equateur et ville la plus affectée d’Amérique latine, à la suite d’une avarie de leur avion, selon des sources concordantes.

L’appareil de la compagnie espagnole Air Europa à destination de Paris « a apparemment eu une avarie et il a été décidé de débarquer les passagers. Ils vont être hébergés ici » à Guayaquil (sud-ouest), a déclaré à l’AFP la porte-parole de l’aéroport, Daniela Arosemena. L’ambassadeur de France à Quito, Jean-Baptiste Chauvin, a indiqué que le problème « a été détecté à terre » et que l’avion transportait environ 300 Européens, parmi lesquels environ 170 Français, outre des Espagnols, des Allemands, des Italiens et une dizaine d’autres nationalités.

Une passagère franco-brésilienne, Manuela Picq, professeure d’université, contactée par l’AFP depuis Quito, a déploré que ce « vol qui visait supposément à protéger et à emmener les gens dans un lieu sûr, les a emmenés à l’épicentre de l’épidémie » en Equateur. « Il y a de la peur, de la fatigue, de la frustration », a-t-elle souligné.

69 % des cas de l’Equateur

De son côté, la porte-parole de l’aéroport a précisé que l’avion allait « retourner à Quito » sans passager pour être révisé et réparé, avant de revenir à Guayaquil jeudi pour reprendre son voyage. Ce vol, organisé par le gouvernement français, avait d’abord atterri à Quito, où il avait embarqué des passagers, avant de faire escale à Guayaquil, puis de mettre le cap sur Paris, selon l’ambassade.

La représentation diplomatique avait précédemment annoncé que « l’objectif de ce vol était de permettre aux citoyens français et à d’autres ressortissants européens de regagner leurs pays » depuis l’Equateur, qui compte à ce jour plus de 4.400 cas de Covid-19, dont 242 morts.

La province de Guayas, dont le port de Guayaquil est le chef-lieu, concentre 69 % des cas et l’Equateur, petit pays d’environ 17,5 millions d’habitants, est le plus affecté de la région après le gigantesque Brésil. L’ambassadeur français a précisé que la France avait affrété ce premier vol charter pour rapatrier des Européens encore présents en Equateur. « Une fois que le problème sera résolu, le vol partira », a ajouté le diplomate. Des touristes étrangers sont restés bloqués en Equateur après la décision du gouvernement de décréter l’état d’exception, il y a près d’un mois, pour tenter d’enrayer la propagation du virus, de fermer les frontières et d’interdire toutes les liaisons aériennes, hormis les vols humanitaires arrivant sans passagers.