Coronavirus : Les Etats-Unis démentent avoir surenchéri sur des masques destinés à la France

CONCURRENCE Trois présidents de région ont accusé Washington d'avoir surenchéri sur des commandes en Chine, et le Canada s'inquiète également de possibles détournements

20 Minutes avec AFP

— 

Une cargaison de masques chargés à bord d'un avion en Chine le 22 mars 2020.
Une cargaison de masques chargés à bord d'un avion en Chine le 22 mars 2020. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les Etats-Unis ont-ils sorti des valises de cash sur le tarmac chinois pour acheter des masques commandés par la France ? Accusé par trois présidents de région en pleine crise du coronavirus, Washington a catégoriquement démenti, jeudi. « Le gouvernement des Etats-Unis n’a acheté aucun masque qui devait être livré par la Chine à la France », a indiqué à l’AFP un haut responsable de l’administration américaine. « Les informations affirmant le contraire sont complètement fausses », a ajouté ce responsable sous couvert d’anonymat.

Jeudi, c’est la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui a assuré avoir perdu un chargement de masques chinois au profit d’Américains qui avaient « surenchéri » pour l’obtenir. L’élue n’a pas précisé quelles entités, publiques ou privées, représentaient ces acheteurs.

Il y a quelques jours, les présidents de deux autres régions françaises avaient déjà dénoncé des pratiques similaires de la part d’acheteurs américains, sans autres précisions sur leur identité. « Sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois (plus cher) les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre », a notamment déploré et du Jean Rottner, président de la région Grand-Est.

Justin Trudeau « inquiet »

La France n’est pas le seul pays à accuser les Etats-Unis. Le mois dernier, une cargaison de masques achetée en Chine pour le Québec, qui transitait par l’Europe, serait arrivée plus petite que prévu après qu’une partie a été revendue « au plus offrant », a rapporté la chaîne publique Radio Canada.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s’est dit jeudi « très inquiet » et a demandé à ses services d’enquêter. « On est très inquiets », a indiqué Justin Trudeau, en réponse à une question sur le sujet lors de sa conférence de presse quotidienne. « J’ai entendu parler de ces informations et bien sûr elles sont préoccupantes ». Trudeau a indiqué qu’il avait « demandé à des ministres de faire un suivi », ajoutant que des responsables canadiens avaient discuté de la question de l’approvisionnement en matériel médical avec leurs homologues américains.

« Nous travaillons, pas seulement ici mais également à l’étranger, pour faire en sorte que l’équipement commandé par le Canada arrive au Canada », a-t-il insisté. « On comprend que les besoins aux Etats-Unis sont criants mais les besoins au Canada sont criants aussi », a précisé Justin Trudeau.