Coronavirus : En Chine, les familles de victimes n’ont plus peur de critiquer le régime de Xi Jinping

EPIDEMIE Les autorités de Pékin sont dénigrées sur les réseaux sociaux pour leur gestion de la crise

20 Minutes avec AFP

— 

Un Chinois portant un masque à Wuhan, principal foyer de l'épidémie de coronavirus en Chine.
Un Chinois portant un masque à Wuhan, principal foyer de l'épidémie de coronavirus en Chine. — NOEL CELIS / AFP

Ces derniers jours, les critiques se multiplient en Chine sur les réseaux sociaux contre les autorités de Pékin. Alors que le régime de Xi Jinping ne cesse de mettre en avant la façon dont elle a réussi à enrayer la pandémie de coronavirus sur son territoire, les familles de victimes accusent de leur côté le pouvoir d’avoir minimisé la maladie et mis du temps à réagir.

C’est le cas de Monsieur Zhang, un des 11 millions de Wuhan, épicentre de l’épidémie en Chine. Après avoir perdu son père, ce quinquagénaire qui souhaite garder l’anonymat, assure ne plus avoir peur et vouloir « connaître la vérité ». Au tout début de l’épidémie, en janvier, il a accompagné son père à l’hôpital pour une opération légère. Quelques jours plus tard, Wuhan était placée en quarantaine et son père décédait du Covid-19.

Critiques sur le nombre de cas

« Combien de familles ont été dévastées par un fléau qui aurait pu être arrêté ? » s’interroge par ailleurs une veuve wuhanaise sur le réseau social Weibo, qui traite le pouvoir de « criminel ».

Des critiques en ligne surveillées de près. Un groupe de discussions auquel a participé Monsieur Zhang, a ainsi été infiltré par la police et son principal animateur a été convoqué cette semaine.

Le virus est apparu en Chine début décembre. Alors, isolés, des médecins de Wuhan ont lancé l’alerte, avant d’être réprimandés par les autorités. Ces dernières ont attendu le 20 janvier pour placer la ville en quarantaine, mais entre-temps des millions de personnes avaient fui, diffusant dans leur exode le virus.

Selon les derniers chiffres officiels, la maladie a contaminé près de 82.000 personnes en Chine et tué 3.300 personnes. Un bilan sous-estimé selon diverses autorités.