Brésil : Un leader indigène « tué par balles » en Amazonie

ASSASSINAT Un leader indigène qui luttait contre l’invasion de terres réservées aux autochtones dans l’État brésilien du Maranhao a été abattu, selon les autorités locales et des ONG établies dans la région

20 Minutes avec agences

— 

Amazonie, illustration
Amazonie, illustration — AFP

Zezico Guajajara, qui était enseignant et appartenait au groupe des Gardiens de la forêt, fer de lance de la lutte contre la déforestation, « a été tué par balles » ce mardi, a indiqué l’ONG Survival International. « Les circonstances de sa mort n’ont pas encore été éclaircies, mais les Gardiens de la forêt sont souvent menacés par des puissantes mafias de trafiquants de bois », a ajouté la structure de défense des droits.

Il y a cinq mois, un autre leader indigène de la même ethnie des Guajajara avait été assassiné dans cette région. La Fondation nationale de l’Indien (Funai), organe public chargé des affaires indigènes, a annoncé qu’une enquête avait été ouverte par la police fédérale au sujet de la mort de Zezico Guajajara, présenté comme « un leader important et actif dans la région ».

Menace de la vie des autochtones

Le gouverneur du Maranhao, Flavio Dino, a condamné ce mercredi cet « homicide » et a promis de venir en aide aux autorités fédérales pour « assurer la sécurité des indigènes au sein de leurs terres ». Le Secrétariat à l’Éducation de cet État pauvre du Nord-est en partie recouvert par la forêt amazonienne a pour sa part évoqué un « assassinat ».

Après son arrivée au pouvoir début 2019, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro a annoncé son intention d’ouvrir les territoires indigènes – censés être des sanctuaires réservés aux modes de production traditionnels – à l’exploration minière ou pétrolière, voire à l’agriculture extensive. La plupart des indigènes et les ONG considèrent que ce discours nuit à l’environnement et menace la vie des autochtones, donnant un sentiment d’impunité aux groupes criminels qui envahissent régulièrement ces territoires.